GABON – Présidentielle 2016 : Le NDI pour un dialogue national

Au terme de sa mission de cinq jours, l’ONG américaine a fait sept principales recommandations, invitant la majorité au pouvoir à davantage d’inclusion.

 

Les membres de la mission du NDI, livrant l’avant-rapport de leur mission au Gabon, le 3 juin 2016. © GabonreviewLes membres de la mission du NDI, livrant l’avant-rapport de leur mission au Gabon, le 3 juin 2016. © Gabonreview

 

Ayant rencontré l’ensemble des partis politiques, les organisations de la société civile ainsi que différentes institutions, du 29 mai au 3 juin derniers à Libreville, la mission du National democratic institute (NDI) a invité le pouvoir en place à initier, «dans un proche avenir», un dialogue national dans le but de «mieux assainir le climat politique aussi bien dans la période pré-électorale que post-électorale». Si la mission a dit avoir perçu de fortes tensions, des craintes et des doutes de part et d’autre, elle n’a pas manqué d’appeler la classe politique, les médias, les syndicats, les chefs religieux et toutes les composantes de la population à «ne ménager aucun effort pour que les élections à venir soient considérées comme un moment historique de consolidation de la paix et de la démocratie dans l’intérêt supérieur de la nation gabonaise».

 

Selon le chef de délégation, cette mission avait pour objectif d’«évaluer les préparatifs de l’élection présidentielle d’août 2016 et d’identifier les possibilités d’appui éventuel à l’organisation d’une élection paisible, transparente et crédible». La mission du NDI a rappelé aux acteurs politiques et dirigeants d’institutions que les élections constituent l’un des piliers de la démocratie et ne doivent pas être considérées comme de simples formalités administratives, au risque d’entacher l’objectif final qui est la libre expression de la volonté des populations. Elle a plaidé pour un renforcement de certaines institutions, notamment la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), le Conseil national de la communication (CNC) et le Conseil national de la démocratie (CND).

 

Concrètement, la Cenap a été invitée à envisager des dispositions particulières pour «rendre la collecte et la transmission des résultats des élections plus rapides et transparentes», en s’inspirant des meilleures pratiques universellement reconnues en la matière. Au CNC, la garantie d’un accès équitable aux médias publics pendant la campagne électorale a été demandée, alors que pour le CND, l’ONG américaine a recommandé la signature solennelle d’un code de bonne conduite et sa vulgarisation. De même, le NDI a recommandé que la participation de la société civile soit effective et plus importante dans le processus électoral, notamment pour le recrutement, la formation et le déploiement des observateurs nationaux avant, pendant et après le scrutin. Le NDI a aussi appelé à des «mesures concrètes», en vue de garantir la fiabilité du fichier électoral pour renforcer la confiance des candidats et des partis politiques.

 

L’ONG américaine a, d’ailleurs, préconisé un audit du fichier électoral, dont les résultats devraient être rendus publics. Au total, le NDI a fait sept principales recommandations, n’excluant pas de revenir au Gabon en qualité d’observateur pendant le scrutin.

 

 

Par

 

 

 

A lire aussi:

 

GABON – «Le Gabon d’aujourd’hui» par des enseignants- chercheurs

 

Biodiversité : Deux nouvelles espèces découvertes au Gabon

 

CONGO / GABON – Diplomatie : Descente de police chez l’ambassadeur du Gabon à Brazzaville

 

GABON – Les raisons de la démission de Guy Nzouba-Ndama

 

Football: Samba, mascotte de la Can 2017

Commentaires