TCHAD / ALGERIE – Un bon exemple de coopération économique Sud-Sud pour l’énergie

Le Tchad et l’Algérie sont engagés dans un bon exemple de coopération Sud-Sud concernant la production d’énergie solaire. A travers la société algérienne Amimer Energie et la tchadienne 3A Energie, l’Afrique aurait sans doute plus intérêt à multiplier des initiatives du genre.

 

Centrale-électrique-de-NDjamena-photo-SNE

 

La coopération qui lie dorénavant la société algérienne Amimer Energie et la tchadienne 3A Energie est le résultat des rencontres algéro-africaines de 2016. A l’instar du Maroc, l’Algérie entend aussi pénétrer l’Afrique Noire et se tailler une part de marché dans ce que ses entreprises savent faire de mieux. Le ministre algérien du commerce, Bakhti Belaib, est du reste on ne peut plus explicite à ce propos lorsqu’il a déclaré à l’occasion de la 49e Foire internationale d’Alger : « L’objectif de l’Algérie en Afrique est non seulement de trouver des débouchés pour ses produits mais aussi de construire des partenariats solides dans l’investissement productif ».

 

L’exemple de concrétisation de cette ambition, c’est la signature entre Amimer Energie et 3A Energie d’un contrat d’un montant de 116 millions $. Objectif final : réaliser au Tchad une centrale hybride-solaire capable de produire 30 MW. Mais le partenariat entre les deux entreprises ne s’arrêtera pas à cette seule réalisation. Il est prévu, par ailleurs, de développer un réseau électrique et d’interconnecter cinq villes du Tchad à travers la mise en place d’une société mixte. L’accord qui a été signé dans le cadre de la création de cette nouvelle société comprend une enveloppe d’un montant de plus de 5 millions $.

 

L’Algérie, à l’instar de nombre d’autres pays du Maghreb, a intérêt à plus d’un titre à nouer des partenariats avec  des pays d’Afrique Noire et vice-versa. Le Maroc l’a compris depuis fort longtemps. Et, dans le contexte actuel de libéralisation du marché africain, les partenariats ne devraient plus être uniquement publics. Ils devraient s’inscrire dorénavant dans la tradition du secteur privé.

 

Par Jean Kebayo

 

 

A lire aussi:

 

Tony Elumelu, avocat de l’Afrique pour les investissements

 

SUCRE – UE / ACP : Des relations économiques de moins en moins sucrées

 

AFRIQUE FRANCOPHONE – L’avenir du franc CFA en question

 

EGYPTE / ARABIE SAOUDITE – Un pont de 32 km sur la Mer Rouge pour relier les deux pays

 

NIGERIA – Le président Buhari envisage de lever des fonds Panda en Chine

 

 

NIGERIA – Quand Aliko Dangoté lorgne vers Peugeot Automobile Nigeria

 

MAROC – Saphira Awards: L’entrepreneuriat féminin récompensé à Marrakech

Commentaires