AFRIQUE – Obasanjo, ex président du Nigeria, appelle la CEDEAO à adopter une monnaie unique

Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria, a appelé ce lundi 04 juillet 2016 la CEDEAO à redoubler d’efforts pour adopter une monnaie unique pour la sous-région.

 

Obasanjo

 

Olusegun Obasanjo, ex président du Nigeria,  a appelé la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à redoubler d’efforts pour adopter une devise unique pour la sous-région. L’ex président a annoncé cette volonté d’une monnaie unique ce lundi dans sa résidence présidentielle d’Abeokuta où il a reçu le président de la CEDEAO,Marcel Allain de-Souza.

 

Olusegun Obasanja regrette qu’aucun effort n’ait été fait à ce sujet malgré l’accord la CEDEAO de transformer ce rêve en réalité. Il préfère accélérer le pas et annonce même le nom de la devise qui sera adoptée : « nous avons décidé que notre devise serait Eco. Commençons maintenant à utiliser Eco. Faisons d’Eco notre unité de devise ».

 

 

« Je resterai toujours au service de la CEDEAO »

 

Il poursuit : « je resterai toujours au service de la CEDEAO. A chaque fois que vous pensez que je peux vous être utile, appelez-moi, je suis prêt. Ce qui est important est que ces communautés de 320 millions de personnes soient soulevées. Ces communautés devraient marcher. Nous devrions nous débarrasser des conflits internes ».

Il souligne qu’il y a 41 ans lorsque la CEDEAO a été créée, l’attente des pères fondateurs, dont il fait partie, a été placée très haute. Il a toutefois regretté que l’organisation n’ait pas avancé aussi vite qu’elle le devrait dans le domaine de l’intégration économique, mais a été plutôt paralysée par des conflits entre États.

 

 

« Il n’y pas a eu assez de volonté politique pour faire avancer la CEDEAO »

 

Il dira : « je pense que nous ne serions pas juste avec nous-mêmes si nous ne nous disons pas que n’avons pas avancé aussi vite et aussi loin que nos attentes d’il y a 41 ans. Mais, comme vous l’avez si bien dit, il y a des sujets qui sont arrivés entretemps et qui n’étaient pas prévus. Je pense encore que nous devons nous dire la vérité qu’il n’y pas a eu assez de volonté politique de notre part pour faire avancer cette organisation subsaharienne aussi vite et aussi loin que nous devrions ».

 

L’ex président du Nigeria explique que la plupart des conflits qui ont éclaté dans la région ont été causés par des dirigeants qui n’ont pas prêté attention à des questions d’intégration. « La non exclusion sur le plan politique, économique et social de nos pays. Non exclusion sur le plan de l’égalité des genres, sur le plan religieux, ethnique et nous devons appeler nos dirigeants subsahariens à prendre ces questions très au sérieux ».

 

« C’est honteux que nous tendions la main à la communauté internationale »

 

Dans son discours, Obasanjo demande à ce qu’il y ait une réforme plus profonde au sein de la commission de la CEDEAO qui permettrait aux États membres d’aller au-delà de la circulation des biens et services.  L’ex président nigérian a aussi fait part de sa préoccupation concernant le taux de chômage très important qui touche les jeunes de la sous-région.

 

Il a également fait part de sa préoccupation concernant la crise alimentaire en Afrique de l’Ouest où les gens ont de plus en plus de mal à se nourrir. « Nous avons une situation dans une partie de l’Afrique de l’Ouest où des gens meurent de faim. Est-ce parce que nous ne produisons pas suffisamment de nourriture ? Ou si nous produisons, ce que nous produisons est-il équitable ? C’est honteux que nous soyons obligés de tendre la main à la communauté internationale pour qu’elle apporte de la nourriture à tout pays de l’Afrique du l’Ouest, c’est vrai non ? », se demande-t-il.

 

Cheikh DIENG

 

 

Source : http://www.lecourrier-du-soir.com

 

Le Courrier du Soir (France)

 

 

A lire aussi:

 

Tony Elumelu, avocat de l’Afrique pour les investissements

 

SUCRE – UE / ACP : Des relations économiques de moins en moins sucrées

 

AFRIQUE FRANCOPHONE – L’avenir du franc CFA en question

 

EGYPTE / ARABIE SAOUDITE – Un pont de 32 km sur la Mer Rouge pour relier les deux pays

 

NIGERIA – Le président Buhari envisage de lever des fonds Panda en Chine

 

 

NIGERIA – Quand Aliko Dangoté lorgne vers Peugeot Automobile Nigeria

 

MAROC – Saphira Awards: L’entrepreneuriat féminin récompensé à Marrakech

Commentaires