BENIN – DÉCENTRALISATION ET REBONDISSEMENT DE LA CRISE ROYALE À ABOMEY: A peine installé, le nouveau roi chassé du palais de Béhanzin (Par Valentin Sovidé)

Installé au palais de Djimè en février dernier, Dada Houéhoun-Wêkêhon, nouveau roi installé il y a peu sur le trône du roi Gbêhanzin Aiyiidjrê à Djimè a été à nouveau chassé du palais par le second clan qui réclame son droit au trône. Conséquence, le trône est encore vacant et la crise est relancée entre les frères et sœurs Béhanzin.

 

Palais de Béhanzin

 

En février dernier, quand le nouveau roi a réussi à s’installer au palais de Djimè à Abomey, nombreux sont ceux qui avaient cru que les Béhanzin avaient définitivement fait dos aux dissensions pour aller de l’avant. Mais hélas ! L’accalmie n’a duré que quelques mois. Depuis le week-end dernier, le palais de Djimè est de nouveau vide et les portes fermées. L’aile qui refuse de reconnaître le nouveau roi Houéhoun-Wêkêhon installé en février dernier, a usé de stratagèmes pour l’évincer nuitamment. Il a été chassé de la cour du palais, et ce malgré la présence des « gros bras  » qui assureraient la sécurité des occupants.

 

De sources proches de la famille royale, le camp adverse a utilisé sa connaissance des labyrinthes du palais de Djimè pour surprendre Dada Houéhoun-Wêkêhon et sa cour. Réveillés par bastonnade, les occupants ont dû détaler. Dans la confusion, chacun a pris ses jambes au cou pour ne pas y laisser sa peau. En quelques minutes, les bagages étaient sortis et entreposés devant le palais. Les plus courageux sont restés pour récupérer l’essentiel avant de s’en aller.

 

En effet, depuis le lundi dernier jusqu’à jeudi 30 juin, le palais est fermé. Et c’est parti encore pour un bon moment. Pas un signe de vie à l’intérieur ni à l’extérieur. Cette rivalité qui oppose les frères consanguins Emmanuel Béhanzin, inspecteur des Impôts à la retraite dit « dada Fingnankoun » et Edouard Béhanzin, agent des Douanes à la retraite dit « dada Houéhoun-Wêkêhon » devient ainsi très préoccupante.

 

En début de semaine, le maire d’Abomey Blaise Ahanhanzo-Glèlè et ses pairs ont tenu une séance de travail avec les deux camps. Cette rencontre de vérité qui a regroupé les  prétendants au trône a débouché sur la mise sur pied d’une commission paritaire de onze membres. Cette commission devra déposer son rapport dans un délai d’un mois pour régler la situation. A l’occasion, le maire Blaise Ahanhanzo-Glèlè a d’abord invité au calme avant d’interpeller chaque camp sur la situation. Mais chacun tire le drap de son côté.
Face au durcissement des positions, le maire a fait constater que le règlement de la crise dépasse le cadre familial. Alors, « le Conseil communal s’en charge ».

 

Après plus de cinq années de crise autour de la succession du roi Houédogni, la famille Béhanzin est bien loin du bout du tunnel. Le conflit fraternel n’est pas prêt de connaitre son épilogue. La vacance du trône se poursuit donc, le temps que les protagonistes  finissent par se comprendre.

 

A la vérité, à Abomey, tout le monde sait que c’est la politique qui divise cette famille princière; chaque camp ayant sa chapelle politique.

 

Par 

 

 

Source: http://www.lanationbenin.info

 

La Nation (Bénin)

 

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Réformes politiques et constitutionnelles : Les réserves de Yayi sur la révision

 

BENIN – Gestion des tares du régime défunt : Talon a du pain sur la planche

 

BENIN – Le 1er gouvernement de Patrice Talon à la loupe

 

Élections africaines : le meilleur et le pire

Commentaires