RD CONGO / UE – PARIS: Etienne Tshisekedi et une délégation de l’opposition de la RD Congo reçus au Quai d’Orsay

Etienne Tshisekedi et quelques représentants du " Rassemblement " issu du Conclave de Genval (Belgique) ont été reçus lundi 18 juillet 2016 au Quai d'Orsay (ministère français des affaires étrangères), à Paris.

 

tshitshi 20_200_200

Au menu des échanges avec les membres de la direction Afrique du ministère et les Envoyés spéciaux de la région des Grands Lacs: la situation politique en RDC ainsi que l’organisation du dialogue national.

 

 

C’est au Quai d’Orsay, à Paris, que se sont donné rendez-vous, lundi dernier, les Envoyés spéciaux de la région des Grands Lacs, Koen Vervaeke de l’Union européenne, Thomas Perriello des Etats-Unis, Danae Dholakia du Royaume-Uni, et les opposants congolais regroupés au sein du  » Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement « , issus de Genval , dans la banlieue de Bruxelles.

 

La délégation du  » Rassemblement  » était conduite par Etienne Tshisekedi, président des sages de la plateforme, qu’accompagnaient Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Raphaël Katebe Katoto, Olivier Kamitatu, Kyungu wa Kumwanza, Freddy Matungulu et Delly Sessanga.

 

 » Être reçus quatre heures au Quai d’Orsay en tant que structure de l’opposition en RDC constitue une étape importante, a expliqué à Jeuneafrique.com un proche de Moïse Katumbi. Car cela démontre qu’aujourd’hui, l’opposition ne parle que d’une seule voix ». D’autant que, dans un passé récent, des leaders de l’opposition congolaise n’accordaient pas toujours leurs violons quant à la posture à adopter face à la majorité présidentielle.
Etienne Tshisekedi est entré au Quai d’Orsay soutenu par son fils, Félix Tshisekedi. Selon la même source, il y est resté environ une heure. C’est la première sortie publique, à l’étranger, du président de l’ Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) depuis son installation à Bruxelles, il y a près de deux ans.

 

Les opposants congolais ont, une nouvelle fois, exprimé leurs conditions pour aller au dialogue national, à savoir la mise en œuvre officielle de la médiation élargie, le respect de la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies et le respect du délai constitutionnel.

 

Selon une source proche du ministère français des affaires étrangères -joint au téléphone, le Quai d’Orsay n’a pas souhaité commenté cette actualité-,  les deux parties ont convenu de la nécessité du lancement du dialogue dans les meilleurs délais, dès la fin du mois de juillet.

 

 » Cette rencontre d’écoute et de consultation avec les Envoyés spéciaux a été ainsi l’occasion de rappeler que nous sommes prêts à participer à un dialogue politique national encadré par les résolutions 2277 et 2283  du Conseil de sécurité « , a d’ailleurs déclaré à l’AFP un opposant qui a participé aux discussions.

 

L’OPPOSITION SATISFAITE

 

Selon l’opposition congolaise, elle n’a pas seulement rencontré la direction Afrique du ministère des Affaires étrangères, mais également des représentants des Etats-Unis, de l’Union européenne, de l’Allemagne et de la Belgique.

 

 » Nous avons parlé de la disponibilité de cette communauté internationale à nous accompagner dans les efforts nous amenant prochainement à la préparation et à la tenue de l’élection présidentielle. Je pense qu’aujourd’hui, ce qui est important, c’est qu’il y a un certain nombre de pas nouveaux dans la bonne direction », a déclaré Freddy Matungulu, l’actuel modérateur de la Dynamique de l’opposition, qui a participé à la réunion. (AFP).
Parmi ces  » pas nouveaux « , il y a la création récente du groupe de soutien à la médiation d’Edem Kodjo, saluée par le « Rassemblement » de l’opposition. Tel était d’ailleurs son souhait.

 

Cette rencontre,  avec les Envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs, a eu lieu deux semaines seulement avant le grand meeting de l’opposition prévu à Kinshasa, le 31 juillet.

 

L’opposant historique congolais, Etienne Tshisekedi, est attendu dans les jours qui viennent à Kinshasa tout comme son jeune compatriote Moïse Katumbi. Les manœuvres de l’opposition ont commencé pour forcer Joseph Kabila à quitter le pouvoir.

 

 

Par Robert Kongo, correspondant en France

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – Hommage touchant de Marie-Olive Lembe Kabila à Papa Wemba

 

RD CONGO – JOSEPH KABILA : Une fin de règne agitée

 

RD CONGO – AFFAIRE EX-MILITAIRES AMÉRICAINS PRÉSUMÉS MERCENAIRES : Bientôt une mission de Washington à Kinshasa

 

RD CONGO – KCRAESCENCE PAULUSI :  « Qualifier l’action du DR Mukwege de politique est une insulte » 

 

RD CONGO – FDLR, Rahiya Mutomboki et Nyatura sont les principaux groupes armés responsables du recrutement des enfants

 

RD CONGO – LA CÉNI DEVANT UN FAIT ACCOMPLI: Présidentielle 2016 “ Techniquement possible ”

Commentaires