SENEGAL – Présidence de la République: Macky Sall veut légaliser l’interruption volontaire de grossesse

Le chef de l’Etat du Sénégal, Macky Sall, est préoccupé: il cherche désespérément la meilleure occasion de faire passer, avec moins de dégâts sur sa cote de popularité, l’amère pilule du projet de légalisation de l’interruption volontaire de grossesse qu’il compte soumettre aux députés.

 

macky-sall

 

Craignant la réaction des gardiens de l’orthodoxie morale, le chef de l’exécutif qui, peu à peu, fait des entorses à nos valeurs et porte des coups à nos sacrés, s’est cherché des alliés pour porter ce projet révolutionnaire.

Premiers acteurs confrontés à cette lancinante question -qui revient toujours devant les juridictions nationales et conduit à la condamnation directe des auteures d’IVG-, les magistrats ont accepté de porter le projet.

 

Selon une source proche du syndicat des magistrats, «c’est la recrudescence des cas d’infanticide, d’avortements est autres actes assimilable au meurtre qui ont interpellé notre corps». En clair, les magistrats ne voudraient plus juger et condamner des femmes qui auront décidé d’avorter, quelque soit la cause de cet avortement.

«Seulement, si cet acte a été fait de manière médicale, dans une structure normale», a précisé notre source à Senenews.com. Ce qui mettra directement en faute toutes les femmes qui, pour des raisons financière, sociétales ou religieuses, auront eu recours à d’autres formes pour avorter.

 

Porté par les défenseurs des Droits de l’homme comme la FDH -dont l’ancien président, Sidiki Kaba, est à la chancellerie-, ce projet est présenté comme devant «réparer des injustices faites à des femmes qui ont le droit de disposer de leur corps comme bon leur semble.»

 

Pour étayer leurs propos, les défenseurs du projet évoquent les cas de «femmes tombées enceintes suite à un viol» ou obligées de porter une grossesse suite à «un mariage forcé.»

Prenant le contre-pied des religions qui voudraient que «toute vie soit sacrée» et son interruption étant considéré comme un meurtre, les porteurs du projet de  la légalisation de l’avortement sont décidés à faire entériner leur «bébé» par l’actuelle législature; toute favorable à «Macky le réformateur»; par opposition à «Wade le bâtisseur«.

 

Fébrile après la douche froide reçu suite aux accusations de vouloir légaliser l’homosexualité au Sénégal, Macky Sall est hésite à prononcer clairement sur le sujet. En attendant, des porteurs de voix sont engagés pour lancer le ballon de sonde et tâter le pouls des populations.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Ismaïla Madior Fall répond à Serigne Diop, « c’est un débat qui sera prolongé à la faculté »

 

SENEGAL / REFERNDUM – Abdoul Mbaye : « Mes raisons de voter non »

 

SENEGAL – Le retour du refoulé (par Karfa S. Diallo)

 

SENEGAL / Reportage – L’ interdiction du burqa : les citoyens se prononcent

Commentaires