GABON – «Je pars pour infliger un K.O. afin de sauver les Gabonais», dixit Ali Bongo

Ouvrant sa campagne au stade de l’Amitié dans le nord de Libreville, Ali Bongo Ondimba a déclaré, le 13 août 2016, qu’il était de nouveau candidat pour «infliger un K.O» aux autres candidats afin de «sauver les Gabonais de ces messieurs qui constituent un risque pour les Gabonais».

 

Ali Bongo prononçant son discours, le 13 août 2016 au stade de l’Amitié. © Gabonreview  Ali Bongo prononçant son discours, le 13 août 2016 au stade de l’Amitié. © Gabonreview

 

Très décontracté, loin d’être affaibli par les trois dernières semaines au cours desquelles il a parcouru le Gabon entier dans le cadre de la tournée républicaine, Ali Bongo Ondimba, 57 ans, a dit être en forme pour cette course vers le fauteuil présidentiel. Il sait d’emblée que pour y rester, puisqu’il est président de la République, il devrait d’abord battre les autres 13 candidats face à lui.

 

Ali Bongo Ondimba s’est donc d’abord prêté à un bilan de son mandat. Écoles, hôpitaux, Caisse nationale de garantie sociale et d’assurance-maladie, les femmes, les jeunes, la formation, la diversification de l’économie, différentes réformes et les grands travaux, etc. restent la marque du septennat finissant. Cependant, le président de la République sortant a reconnu qu’il restait encore beaucoup à faire et qu’un trop grand nombre de Gabonais connaissaient encore d’importantes difficultés liées par exemple au chômage, à la pauvreté et à l’exclusion malgré les premiers résultats des réformes structurelles et infrastructurelles lancées au cours de son premier mandat.

 

Il sollicite donc un second mandat pour corriger ce qui n’a pas été fait et terminer ce qui a été commencé pour conduire le Gabon sur la voie de l’émergence fixée à 2025. Il fonde donc cette nouvelle démarche sur l’égalité des chances, sa nouvelle vision du Gabon. «L’égalité des chances signifie que chacun, d’où qu’il vienne, qui qu’il soit, doit avoir des opportunités d’égal accès à une vie meilleure dans notre pays», a-t-il déclaré en scandant son slogan de campagne, «Changeons ensemble».

«C’est le temps des changements véritables. C’est le temps des changements fiables. C’est le temps de la rupture. Nous sommes le changement. Nous sommes la rupture. Nous sommes l’avenir. Nous devons changer ensemble, nous devons gagner ensemble», a scandé le candidat déclarant qu’il n’est pas l’enjeu de cette élection. «Ne laissez personne vous faire croire que cette élection est une question d’individu». «Non, cette élection n’est pas une question d’individu. Cette élection va au-delà de ma personne. Cette élection concerne notre avenir commun», a-t-il martelé.

 

Dès lors, pour les sept années à venir, s’il était élu, Ali Bongo Ondimba, qui met Dieu au devant tout, voudrait mettre en œuvre quatre priorités, tout en poursuivant les efforts engagés dans les domaines des infrastructures, de la diversification de l’économie, de la modernisation de l’Etat, de la démocratie, de l’Etat de droit et de la justice. Il s’agit de la consolidation de la paix, d’œuvrer avec détermination à créer les conditions favorables à l’emploi pour tous et en particulier à l’emploi des jeunes, d’améliorer le cadre de vie des Gabonais et la concrétisation du programme pour l’Égalité des chances.

 

Offensif et résolu, Ali Bongo Ondimba a taclé une «opposition composée «de vieux politiciens qui n’ont jamais rien fait de bon pour notre pays, qui incarnent un passé que nous ne voulons plus, une manière de faire que nous ne voulons plus, des comportements que nous ne voulons plus». Face à cette catégorie de personnes, il est candidat afin de «sauver les Gabon de ces messieurs qui constituent un risque pour les Gabonais».

Dimanche 14 août, le périple s’est poursuivi à Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué, avant  Port-Gentil dans l’Ogooué-Maritime, le lendemain.

 

 

Par

 

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

 

A lire aussi:

 

GABON – Bilie-By-Nze : «Bertrand Zibi est un voyou et je ne débattrai pas avec lui !»

 

GABON – Clap de fin pour Philippe Mory (Par François Ndjimbi)

 

GABON – Ce que dit Jean Ping dans le Moyen-Ogooué

 

GABON – «Le Gabon d’aujourd’hui» par des enseignants- chercheurs

 

Biodiversité : Deux nouvelles espèces découvertes au Gabon

 

CONGO / GABON – Diplomatie : Descente de police chez l’ambassadeur du Gabon à Brazzaville

Commentaires