MAURITANIE – 13 militants anti-esclavagistes condamnés entre 3 et 15 ans de prison

La justice mauritanienne a condamné ce vendredi 19 août 13 membres de l’IRA (Initiative pour la Résurgence du mouvement abolitionniste). Le verdict a été dénoncé par les militants anti-esclavagistes qui parlent de « parodie de justice »

 

IRA

 

En Mauritanie, treize anti-esclavagistes ont écopé de peine allant jusqu’à 3 ans de prison à 15 ans. Ils sont accusés d’avoir provoqué des émeutes en juin dernier. Un tribunal de Nouakchott a en effet reconnu coupables des membres de l’IRA, mouvement anti-esclavagiste qu’il accuse d’appartenir à une organisation non reconnue, d’attaquer le gouvernement et d’inciter à la violence.

Les accusés ont catégoriquement nié les accusations, soulignant n’avoir jamais pris part aux protestations qui se sont déroulées en juin dernier dans un bidonville de la capitale. Ils jugent que le verdict délivré est motivé par une volonté politique de la part du gouvernement mauritanien qui tente de discréditer l’IRA.

 

« Une parodie de justice »

 

Le Vice-président de l’IRA, Brahim Ramdane, qualifie le verdict de « parodie de justice ». Il a fait savoir que les avocats du mouvement se préparent à apporter des réponses adéquates suite à ce verdict. Sa réaction a été partagée par Sarah Mathewson, Directrice du Programme Afrique pour Anti-esclavage International.

Pour Sarah, les militants anti-esclavagistes « ont été clairement pris pour cible par le gouvernement mauritanien pour leur travail qui consiste à exposer et à dénoncer l’esclavage, une pratique toujours courante dans le pays ». Le verdict délivré ce vendredi a provoqué l’ire des avocats de la défense.

 

Leader IRA

« Beaucoup d’irrégularités »

 

Ces derniers dénoncent « beaucoup d’irrégularités ». Eid Ould Mbarek, avocat de la défense,  a dénoncé la procédure de flagrant délit suivant laquelle les prévenus ont été poursuivis. Il a en effet rappelé que ses clients ont déposé une plainte contre la « torture » sur laquelle le tribunal « a refusé de statuer ».

Pour rappel, les militants anti-esclavagistes ont été arrêtés en fin juin et début juillet lors d’un soulèvement organisé par des habitants d’un bidonville de Nouakchott qui protestaient contre les expulsions. Ces habitants sont eux-mêmes d’anciens esclaves. Plusieurs forces de l’ordre ont été blessées lors de ces émeutes.

 

Manif IRA

« L’esclavage touche entre 4% et 20% de la population »

 

Dix personnes ont été accusées. Sur les dix, six ont été condamnées à des peines allant de un à trois ans de prison ferme. Les quatre ont été acquittées, nous apprend VOA. Il est important de souligner que la Mauritanie abrite d’importants anti-esclavagistes qui luttent contre l’esclavage, une pratique qui touche entre 4% et 20% de la population.

Le pays tente de faire des efforts dans sa lutte contre l’esclavage et l’année dernière il avait fait passer une loi considérant l’esclavage comme un crime contre l’humanité en doublant les peines de prison pour les esclavagistes. Mais, ces mesures ne satisfont pas les militants qui jugent insuffisants les efforts des autorités pour éradiquer la pratique.

 

Thierry Lambert

 

 

 

Source : http://www.lecourrier-du-soir.com

 

Le Courrier du Soir (France)

 

 

 

A lire aussi:

 

MAURITANIE – Une nouvelle loi compromet l’exercice du droit à la liberté d’association

 

Biram Dah Abeid : “ce que vivent les Sénégalais, Gambiens, Ivoiriens et Guinéens en Mauritanie”

 

SENEGAL / MAURITANIE : les nouveaux Emirats Africains Unis

 

MAURITANIE : Plus de 100 millions de dollars du FADES pour l’énergie éolienne

 

Commentaires