RD CONGO – La main tendue de Tshisekedi pour un vrai dialogue

Etienne Tshisekedi et le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement ne sont prêts à embarquer dans le dialogue piloté par Edem Kodjo. Dans une ferme déclaration, faite hier soir à Kinshasa au terme d’une réunion marathon autour d’Etienne Tshisekedi, le « Rassemblement » durcit le ton. Ce n’est pas pour autant qu’il ferme la porte à tout compromis en vue de décrisper les tensions pré-électorales.

 

etienne-tshisekedi-president_200_200

A cet effet, le « Rassemblement » n’exclut pas sa participation à un éventuel dialogue. Mais encore faudrait-il que celui-ci soit « véritable, crédible et inclusif conformément à la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies ».

 

En se détournant de cet objectif, Edem Kodjo a failli à sa mission de facilitation, estime le Rassemblement qui considère que l’émissaire de l’Union africaine a « aggravé la crise politique que traverse notre pays en réunissant en dialogue les ennemis de la République, désormais bien identifiés ».

 

Convaincu de la mauvaise foi de l’autre partie au dialogue, particulièrement la Majorité présidentielle, le « Rassemblement » prend le peuple à témoin et l’appelle par conséquent à : « rejeter toutes les conclusions qui sortiront de ce pseudo dialogue qui est un complot organisé contre la nation pour liquider le pacte républicain conclu de haute lutte à Sun City ; se mobiliser et à participer activement aux actions de résistance pacifique décrétées par le Rassemblement à partir du 1er septembre 2016 ; participer massivement aux sit-in auprès des bureaux de la CENI de différents chefs-lieux des provinces et des missions diplomatiques de la RDC à l’étranger, le lundi 19 septembre 2016, afin de réclamer la convocation immédiate de l’élection présidentielle et de déposer le préavis constitutionnel de Monsieur Kabila qui doit libérer la présidence de la République le 19 décembre 2016 ».

 

Rien ne pouvant obstruer la voie pour des élections apaisées dans le respect strict des délais constitutionnels, le « Rassemblement » invite le peuple congolais à s’approprier son destin. « Peuple congolais, le moment est arrivé où, conformément à l’article 64 de notre Constitution, nous allons devoir nous prendre en charge pour chasser la dictature », lance Etienne Tshisekedi.

 

Tout en restant disposé à participer à un dialogue « véritable, crédible et inclusif », « pour le Rassemblement, l’alternance démocratique au pouvoir, le 20 décembre 2016, n’est pas négociable ».

Politicien habile et fin tacticien, Tshisekedi a su concilier la carotte et le bâton. D’un côté, il prévoit une passerelle pour un possible compromis autour d’un dialogue qui ne compromet pas la Constitution, et de l’autre, il annonce des actions de grande envergure pour contraindre la majorité au pouvoir à capituler. Le tout, devant le peuple, seul arbitre de son destin, annonce Etienne Tshisekedi.

 

Par ailleurs, la rencontre, lundi matin entre le Rassemblement et la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo), n’est donc pas parvenue à faire fléchir le camp de Tshisekedi. Christophe Lutundula, l’un des leaders politiques du « Rassemblement », a été formel sur ce point. « Il n’y a pas d’éléments nouveaux qui nous permettent d’analyser la situation autrement. En clair, nous ne serons pas là, le 1er septembre (Ndlr : date du démarrage du dialogue proprement dit).  Tout le monde doit tenir compte des exigences de la Constitution. Il n’y a de temps que celui que la Constitution donne », a-t-il déclaré au micro d’actualite.cd.

 

Les prochains jours promettent bien des surprises. Ci-dessous, la déclaration du Rassemblement signéé par Etienne Tshisekedi, président du Comité des sages.

 

 

Encadré

 

Communiqué du Rassemblement

 

Congolaises et Congolais, chers compatriotes,

L’heure est grave !

Monsieur Edem Kodjo, facilitateur récusé, vient d’aggraver la crise politique que traverse notre pays en réunissant en dialogue les ennemis de la République, désormais bien identifiés, qui acceptent d’accompagner Monsieur Kabila dans sa détermination à obtenir, coûte que coûte, un troisième mandat en violation de la Constitution.

C’est pourquoi, par ma voix, le Rassemblement, tout en réaffirmant son attachement à la tenue d’un dialogue véritable, crédible et inclusif conformément à la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, demande au peuple congolais :

  1. De rejeter toutes les conclusions qui sortiront de ce pseudo dialogue qui est un complot organisé contre la Nation pour liquider le pacte républicain conclu de haute lutte à Sun City ;
  2. De se mobiliser et de participer activement aux actions de résistance pacifique décrétées par le Rassemblement à partir du 1er septembre 2016 ;
  3. De participer massivement au sit-in auprès des bureaux de la CENI de différents chef-lieux des provinces et des missions diplomatiques de la RDC à l’étranger, le lundi 19 septembre 2016, afin de réclamer la convocation immédiate de l’élection présidentielle et de déposer le préavis constitutionnel de Monsieur Kabila qui doit libérer la présidence de la République le 19 décembre 2016.

Peuple congolais, le moment est arrivé où, conformément à l’article 64 de notre Constitution, nous allons devoir nous prendre en charge pour chasser la dictature.

Pour le Rassemblement, l’alternance démocratique au pouvoir, le 20 décembre 2016, n’est pas négociable.

 

Fait à Kinshasa, le 29 août 2016.

 

Pour le Rassemblement

Le Président du Conseil des sages

Etienne Tshisekedi wa Mulumba

 

 

Par Le Potentiel

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – Hommage touchant de Marie-Olive Lembe Kabila à Papa Wemba

 

RD CONGO – JOSEPH KABILA : Une fin de règne agitée

 

RD CONGO – AFFAIRE EX-MILITAIRES AMÉRICAINS PRÉSUMÉS MERCENAIRES : Bientôt une mission de Washington à Kinshasa

 

RD CONGO – KCRAESCENCE PAULUSI :  « Qualifier l’action du DR Mukwege de politique est une insulte » 

 

RD CONGO – FDLR, Rahiya Mutomboki et Nyatura sont les principaux groupes armés responsables du recrutement des enfants

Commentaires