MAURICE – SOUVERAINETÉ TERRITORIALE : Lobbying pour les Chagos à la 47e conférence CPA

 

chagos

  • Lalit : « Now is the time for an unanimous call for the closing of the illegal U.S. military base on Diego Garcia, part of Chagos »
  • Sir Anerood Jugnauth prévoit une série de contacts à Nairobi avec des chefs d’États d’Afrique en faveur de la résolution de Maurice aux Nations unies le mois prochain

À la veille de la décision des Nations unies d’inclure la résolution de Maurice sur les Chagos lors de la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations Unies du mois prochain, le dossier des Chagos s’est invité aux délibérations de la 47e conférence de la Commonwealth Parliamentary Association (Africa Region). Cette conférence, qui réunit quelque 400 délégués, tous des parlementaires venant de 18 pays d’Afrique anglophone, est présidée par la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee. Cette initiative politique revient à Lalit et à des militants luttant pour le retour des Chagos sous la souveraineté de Maurice et se fait sous la forme d’une lettre ouverte, dont les copies ont été distribuées hier aux délégués présents à l’hôtel Intercontinental. En parallèle, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui est parti ce matin à destination de Nairobi, au Kenya, pour le TICAD VI Summit sur la coopération économique entre le Japon et l’Afrique, envisage une série de rencontres avec les chefs d’Etat et de gouvernement en vue de rallier leur soutien à la résolution de Maurice aux Nations Unies pour une Advisory Opinion de la Cour internationale de justice contre la Grande-Bretagne.

 

La « Call on Commonwealth Parliamentarians in Africa » est signée d’Anne-Marie Joly pour le Muvman Liberasyon Fam, Ragini Kistnasamy pour Lalit, Reaz Chuttoo pour la Confédération des travailleurs du secteur privé, Lindsay Morvan au nom du Mouvement pour le progrès de Roche-Bois, Alain Laridon et Jean-Claude Bibi. Les signataires soulignent d’emblée que « l’heure a sonné » pour la fermeture de la base militaire et nucléaire des Américains à Diego Garcia. « Today, at the very moment of the Commonwealth Parliamentary Association Africa Region Conference in Mauritius, the issue of Mauritian sovereignty over the Chagos Archipelago is being revisited by the United Nations. Now is the time for a unanimous call for the closing of the illegal U.S. military base on Diego Garcia, part of Chagos », s’appesantissent-ils, prenant du même coup à contre-pied la position affichée par le Premier ministre, qui n’est nullement hostile à la présence des Américains à Diego Garcia, allant jusqu’à proposer un bail contre paiement d’un loyer aux Américains.

 

A l’intention des parlementaires africains participant à la conférence de la CPA, qui prend fin aujourd’hui, Lalit dresse la chronologie des principales étapes, soit du démembrement unilatéral du territoire par les Britanniques avant l’indépendance jusqu’au Pronouncement du Tribunal Arbitral des Nations Unies sous la Convention des Droits de la Mer. « The UNCLOS judgment makes it illegal for Britain to do anything regarding Chagos without Mauritius being involved. Any renewal of the lease will be brazenly illegal. Thus the urgency of the ICJ case. And just today, 24 August 2016, the British High Commissioner has reiterated a pressing appeal to the Mauritian State to withdraw its resolution from the UN agenda. The UK and US recently signed a joint communiqué threatening dire consequences if the eminently reasonable step is taken of requesting an ICJ advisory opinion. We can only deduce that the UK and USA are convinced that Mauritius will win such a case, and that victory will have strong moral and political force », poursuit la lettre ouverte aux parlementaires de la CPA (Africa Region).

 

Stigmatisant la « secret base » des Américains à Diego Garcia, Lalit maintient : « It is also high time that the binding Pelindaba Treaty for a Nuclear Arms Free Africa is respected : the Diego Garcia base with its nuclear stocks, must be closed, now ! The Mauritians who were living on Chagos, many of them for generations, must be guaranteed the full right of return in a fully decolonized Republic of Mauritius. The UK and USA must effect an environmental cleanup before evacuating the entire Archipelago. » En conclusion, Lalit lance un appel aux parlementaires des 18 pays d’Afrique « to use all in your power to ensure that the elected Government of your country supports the Mauritian request at the UN General Assembly in September, for the Resolution to put the sovereignty issue before the International Court of Justice at the Hague ».

 

D’autre part, le Premier ministre envisage de porter la campagne de lobbying sur les Chagos à un autre niveau. Ainsi, en marge des délibérations du sommet économique Japon/Afrique, qui se déroule à Nairobi, au Kenya, à partir de cette fin de semaine, sir Anerood prévoit une série d’entretiens et de tête-à-tête avec des chefs d’Etat et de gouvernement participant au TICAD VI Summit. C’est ce que confirme un communiqué émis par le Prime Minister’s Office hier après-midi, qui stipule : « Sir Anerood Jugnauth profitera de son déplacement dans la capitale kenyane pour rencontrer en tête-à-tête plusieurs de ses homologues africains en vue de solliciter leur soutien en faveur de la résolution que la République de Maurice compte présenter à l’Assemblée générale des Nations Unies concernant l’archipel des Chagos. » Le Premier ministre, qui est parti ce matin, devra être de retour lundi après-midi. Il s’adressera à la session plénière de la conférence prévue pour la première demi-journée de demain. Dans l’après-midi, il interviendra lors d’une session thématique consacrée à la transformation économique à travers la diversification et l’industrialisation.

 

 

Source : http://www.lemauricien.com

 

Le Mauricien (Maurice)

 

 

A lire aussi:

 

MAURICE/CHINE : Gurib-Fakim, « Faire les choses différemment avec la Chine »

Commentaires