SENEGAL – Dakar: des organisations s’inquiètent pour la sécurité des droits de l’homme face à la lutte contre le terrorisme

Lutter efficacement contre le terrorisme tout en préservant les droits et les libertés des populations, tel est le souci de la fondation Friedrich Naumann. En collaboration avec d’autres partenaires, la fondation a entamé ce matin une 7ième session de formation qui vise à augmenter la sécurité contre le terrorisme sans pour autant violer les droits humains.

 

burkina-faso-terroriste

 

Placée cette année sous le thème « Terrorisme et Droit International de Droits de l’homme », cette session va former 100 personnes venues de 20 pays d’Afrique Francophone. Il s’agit de professionnels du droit comme les magistrats, les juges, les avocats entre autres.

 

« Nous avons vécu des attaques de terrorisme au Mali, en Côte d’Ivoire, au Burkina Fasso, en France, en Belgique et en Allemagne qui ont causé de la rage et de la peur chez les populations. Et les gouvernements sont obligés de prendre des mesures de sécurité qui risquent de restreindre la liberté individuelle », a déclaré Mme Inge Herbert, directrice de la fondation Friedrich Naumann pour la liberté.

 

Face à la montée des mouvements et partis populistes et des tendances autoritaires dans beaucoup de pays du monde, la session de formation préconise la réalisation des Droits Economiques, Sociaux et Culturels (DESC). Selon Mme Herbert, la réalisation des DESC est à la base de toute lutte contre le terrorisme. Mais aussi la bonne gouvernance et la défense de la liberté de l’information, de l’opinion et des médias.

 

Venu assisté à cette session de formation, le nouvel ambassadeur de la France au Sénégal, M. Christophe Bigot, a soutenu que « La question ne se pose pas dans un contexte Africain mais plutôt mondial. On doit combiner le droit d’aller et venir et prendre des mesures préventives. Donc il faut toujours définir très précisément où mettre le curseur, et cela dépend de l’Etat de chaque société et de ses principes. Faut-il aussi savoir que le terrorisme ne vise pas seulement à faire des victimes mais à détruire également la stabilité et l’Etat de droit».

 

Réagissant sur l’arrestation de présumés terroristes sénégalais, le Secrétaire Général du ministère de la justice, M. Cheikh Tidiane Diallo a rappelé que c’est une infraction bien prévue dans les textes sénégalais.« En 2007, les textes sénégalais aussi bien le code pénal que le code de procédure pénal ont été modifiés pour prévenir et réprimer le délit de l’apologie au  terrorisme. Certaines personnes ont été arrêtés pour ledit délit, des informations ont été ouvertes devant des juges d’instruction et le processus suit son cours », a-t-il conclu.

 

 

Source : http://www.senenews.com

 

Senenews (Sénégal)

 

 

 

A lire aussi:

 

SENEGAL – Collectif de soutien à Mbayang Diop: les femmes leaders rompent le silence!

 

SENEGAL – Ismaïla Madior Fall répond à Serigne Diop, « c’est un débat qui sera prolongé à la faculté »

 

SENEGAL / REFERNDUM – Abdoul Mbaye : « Mes raisons de voter non »

 

SENEGAL – Le retour du refoulé (par Karfa S. Diallo)

 

SENEGAL / Reportage – L’ interdiction du burqa : les citoyens se prononcent

Commentaires