VERS LA MISE EN PLACE D’UN GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE EN RDC : La bataille n’est pas encore gagnée

 

joseph-kabila_2065684b

 

Les travaux des membres du dialogue national en République démocratique du Congo tirent vers leur fin. Et à en croire aux autorités congolaises, les conclusions de ces travaux pourraient aboutir à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. Est-ce la solution pour sauver la RDC d’un naufrage ? Difficile de répondre par l’affirmatif. En effet, les gouvernements d’union nationale n’ont jamais résolu une crise en Afrique. D’où le scepticisme que la mise sur pied d’un éventuel gouvernement d’union nationale en RDC puisse amener ses fils à fumer le calumet de la paix. D’ailleurs, on se rappelle qu’il aura fallu que l’opposition suspende sa participation au dialogue pour que le pouvoir de Kabila lâche du leste. Et l’on se demande s’il tiendra parole en organisant les élections comme prévenu. Le calendrier électoral n’étant pas encore arrêté.  La bataille n’est pas encore gagnée d’autant que  la commission électorale devra confirmer ou infirmer si techniquement le programme auquel les acteurs sont parvenus, peut être mis en œuvre.

 

Mais d’ores et déjà, l’on peut se réjouir de la position du pouvoir qui tend à respecter les textes qui servent de base au dialogue, notamment, la Constitution, la Charte de l’Union africaine et la résolution 22-77 du Conseil de sécurité. Maintenant que Vital Kamerhe et ses camarades ont réussi à faire fléchir le pouvoir en place, il faut souhaiter qu’ils gardent le cap. Car, on le sait, Kabila n’a pas encore dit son dernier mot. On peut seulement dire qu’il a perdu une bataille mais pas la guerre. Il est évident qu’il n’abandonnera pas de sitôt son projet de prolonger son bail à la tête de l’Etat. Et Dieu seul sait ce qu’il concocte dans ses officines contre l’opposition. Tant qu’il n’obtiendra pas le glissement du calendrier électoral, il continuera et c’est sûr, à se battre. Du reste, on attend de voir les conclusions définitives du dialogue.

 

Le camp de Kabila, il faut bien le dire, a initié ce dialogue avec une idée bien arrêtée et cette concession, n’est certainement qu’un recul pour mieux sauter.   En tout cas, le  régime de Kabila n’inspire aucune confiance et l’opposition aurait tort de croire qu’il est disposé à mener un dialogue franc dans l’intérêt de la démocratie. Comme on le dit, le chien ne change pas sa manière de s’asseoir. Kabila ne fait plus mystère de sa volonté de demeurer au pouvoir. Et tout laisse croire qu’il fera tout pour y rester.  Tant que le rapport de force lui sera favorable, il continuera à manœuvrer.  C’est pourquoi il serait bon que l’opposition qui prévoit manifester le 19 septembre prochain, multiplie les actions pour contraindre ce dictateur à renoncer à ses ambitions. S’il y a une personne qui se frotte les mains dans cette nouvelle donne, c’est sans conteste le facilitateur, Edem Kodjo qui aura réussi à renouer le fil du dialogue, prolongeant ainsi sa mission, malgré la grande réprobation de la principale opposition.

Mais réussira-t-il à convaincre celle-ci d’intégrer le futur gouvernement d’union nationale ? Rien n’est moins sûr.  En tous les cas, on attend  de voir.

 

« Le Pays »

 

 

Source: www.lepays.bf

 

Le Pays (Burkina)

 

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – Hommage touchant de Marie-Olive Lembe Kabila à Papa Wemba

 

RD CONGO – JOSEPH KABILA : Une fin de règne agitée

 

RD CONGO – AFFAIRE EX-MILITAIRES AMÉRICAINS PRÉSUMÉS MERCENAIRES : Bientôt une mission de Washington à Kinshasa

 

RD CONGO – KCRAESCENCE PAULUSI :  « Qualifier l’action du DR Mukwege de politique est une insulte » 

 

RD CONGO – FDLR, Rahiya Mutomboki et Nyatura sont les principaux groupes armés responsables du recrutement des enfants

Commentaires