BURKINA – Intangom : Trois militaires tués dans l’attaque d’un Poste de police

Trois militaires ont trouvé la mort dans l’attaque, dans la nuit du 11 au 12 octobre 2016, d’un poste de police, tenu par l’armée, à Intangom, village situé à cinq kilomètres de la frontière avec le Mali. Un troisième militaire a été blessé et deux assaillants ont également été tués. Une opération de ratissage et de sécurisation de la zone est actuellement en cours.

 

arton73595

 

Les habitants d’Intangom, une bourgade située à quelques kilomètres du Mali, ont été tirés de leur sommeil, ce matin, par des tirs de fusils. En effet, des assaillants non identifiés ont attaqué très tôt ce matin, 5h selon des témoins, un poste de police qui était tenu par des militaires. Pendant plus de quatre heures, les armes ont crépité dans ce village situé à une vingtaine de kilomètres de Tin-Akoff.

 

« Les tirs ont cessé un peu après 9h. Actuellement les Forces de défense et de sécurité sont en train de ratisser et sécuriser la zone », a indiqué le préfet de Tin-Akoff. Du renfort a été envoyé à partir des garnisons situées non loin d’Intangom.
« Le bilan provisoire fait état de trois morts et un blessé parmi les militaires des Forces armées nationales et deux assaillants tués », confirme l’Armée dans un communiqué rendu public ce mercredi 12 octobre 2016.

 

Les autorités provinciales et communales sont attendues à Intangom pour constater de visu les dégâts de l’attaque, apporter leur soutien aux blessés et aux populations de la localité.

 

En rappel, ce poste avait déjà été attaqué dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2016. L’attaque avait fait trois morts parmi les policiers. Depuis lors, l’armée y avait remplacé la police pour assurer la sécurité de la zone.

 

Jacques Théodore Balima

 

 

 

Source: http://www.lefaso.net

 

Lefaso.net (Burkina)

 

 

A lire aussi:

 

INTERVIEW EXCLUSIVE : Alpha Barry depuis New York : « Le Burkina, la Côte d’Ivoire, Hamed Bakayoko, Guillaume Soro et moi »

 

CAN 2017 : Le Burkina se qualifie dans la douleur

 

BURKINA – « Au Burkina, de la Transition à ce jour, on a tout vu », déclare le coordonnateur national du CED, Pascal Zaïda

Commentaires