HAÏTI – Quatre cent mille dollars pour secourir les victimes

Le gouvernement a dressé un bilan non exhaustif de ses réalisations visant à secourir les victimes de l’ouragan Matthew. Pas moins de 400 000 dollars américains ont été tirés du Trésor public à cette fin. Les autorités sont dans l’attente de l’aide financière de l’international alors que le gouvernement s’est gardé de déclarer l’état d’urgence au niveau des régions affectées.

 

Le ministre de la Culture et de la Communication, Marc-Aurèle Garcia, lors de la conférence de presse du lundi 10 octobre 2016. / Photo : primature.gouv.htLe ministre de la Culture et de la Communication, Marc-Aurèle Garcia, lors de la conférence
de presse du lundi 10 octobre 2016. / Photo : primature.gouv.ht

 

Reproché pour sa lenteur à intervenir auprès des victimes, le gouvernement d’Enex Jean-Charles fait le point sur ses réalisations six jours après le passage de l’ouragan Matthew. Au cours d’une conférence tenue à la Primature le lundi 10 octobre, le ministre de la Culture et de la Communication, Marc- Aurèle Garcia, a fait savoir que 400 000 dollars américains ont été décaissés par l’État haïtien pour venir en aide aux victimes dans le Grand Sud du pays notamment. Environ 40 transporteurs en fournitures, selon lui, ont été envoyés en direction des Cayes, de la Grand’Anse et des Nippes.

 

Hormis la distribution des produits de première nécessité, le gouvernement s’est évertué, informe M. Garcia, à faciliter la circulation au niveau de certaines voies obstruées. Dans le Sud, le passage routier reliant la ville des Cayes à Coteaux a été rétabli, souligne le porte-parole. À Roche-à-Bateau, où un pont a été coupé, les techniciens du ministère des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC), selon le ministre, ont pu frayer un passage dans le lit de la rivière. Des réalisations similaires ont aussi été faites pour Les Nippes au niveau des Baradères, de la Petite-Rivière de Nippes et de l’Anse-à-Veau où les infrastructures routières ont été détruites et/ou endommagées.

 

Dans le département de l’Ouest également frappé par l’ouragan Matthew, la destruction du pont La Digue à Petit-Goâve a quasiment paralysé la communication entre ledit département et la péninsule du Sud. Cependant, précise M. Garcia, les techniciens du MTPTC ont, tant soit peu, rendu cette voie accessible. Le pont n’est toutefois pas encore rétabli. Mais les travaux de construction ont démarré… alors que le candidat à la présidence Jude Célestin avait sollicité du gouvernement la permission de jeter un pont (appartenant à l’État haïtien) sur ladite rivière en huit jours.

 

Par ailleurs, certains pays comme les États-Unis d’Amérique, le Taiwan et le Venezuela ont volé au secours des sinistrés de cette catastrophe. Le gouvernement de Nicolas Maduro notamment a approvisionné son homologue haïtien en matériaux de construction. Toutefois, souligne le gouvernement haïtien, l’aide financière de l’international n’est pas encore concrétisée alors que les promesses pleuvent.

 

Dans cette ligne, l’Organisation des Nations unies a lancé un appel d’urgence en vue de collecter 120 millions de dollars américains pour répondre aux besoins des victimes durant une période de trois mois. L’ONU, qui a déjà reconnu sa responsabilité dans la propagation du choléra en Haïti, s’est dit préoccupée quant à la vulnérabilité accrue du pays face à cette épidémie après le passage du cyclone, à en croire le représentant adjoint de l’Unicef dans le pays, M. Jean Ludovic Metenier. Et de fait, plusieurs cas de personnes atteintes du choléra ont déjà été recensés. Rappelons, selon les sources officielles, que depuis octobre 2010, avant cette catastrophe naturelle, l’épidémie a fauché les vies de près de dix mille Haïtiens.

 

Entre-temps, le gouvernement haïtien n’a pas encore jugé opportun de déclarer l’état d’urgence au niveau des régions touchées par cette tragédie. Dans l’attente de l’aide financière internationale, les officiels se bousculent entre eux pour faire une évaluation des dégâts causés par l’ouragan Matthew. Les données de la Direction de la protection civile ont fait état de 336 morts, 4 personnes portées disparues et 246 blessés au niveau du territoire national, alors que d’autres sources officielles ont recensé 445 morts, 70 cas de disparition et 948 personnes blessées rien que dans la Gand’Anse du pays.

 

Jean Michel Cadet

 

 

 

Source: http://www.lenational.org

 

Le National (Haïti)

 

 

A lire aussi:

 

HAÏTI – Bilan: 288 morts, le gouvernement dénonce le business humanitaire

 

HAÏTI – « La Cour des comptes fait son travail », selon sa présidente

 

HAÏTI – 4e édition : Le festival international Haïti couleurs Haïti chaleur au Cap-Haïtien sur fond de tension électorale

 

HAÏTI – Première manifestation postélectorale pour exiger le « respect du verdict des urnes »

 

HAÏTI – Quand Desras douche le CEP, le gouvernement et les partis politiques

Commentaires