NATURE – Espèces menacées : Un bouclier pour le perroquet gris du Gabon

Le perroquet gris ou perroquet jaco (Psittacus erithacus) du Gabon a obtenu son transfert de l’Annexe II à l’Annexe I, regroupant les espèces les plus menacées du règne animal et végétal couvertes par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites).

 

Jaco, le Gris du Gabon. © ekladata.comJaco, le Gris du Gabon. © ekladata.com

 

Sur proposition du Gabon, 95 voix (contre 35 et 5 abstentions) des États représentés à la 17e Conférence internationale sur le commerce des espèces menacées, ont accepté de renforcer la protection du perroquet gris.

 

Cette espèce passe de l’Annexe II (la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé), vers l’Annexe I (les espèces les plus menacées de toutes les espèces animales et végétales couvertes par la Cites).

 

«Ce processus de classement est efficace, il permet d’éviter une catastrophe écologique. Mais ce n’est pas non plus le miracle : les tigres sont en Annexe 1, et pourtant, ils continuent de diminuer», explique Charlotte Nithart, de l’association Robin des bois. En effet, de nombreux experts prédisent une sixième extinction de masse, au regard de la dégradation des habitats, mais aussi du fait de commerce. Aujourd’hui, le taux de disparition des espèces est environ mille fois supérieur au taux naturel, affirment-ils.

 

Le perroquet gris du Gabon est une espèce extrêmement prisée pour son intelligence, sa capacité à parler et sa sociabilité. Elle est la plus grande et la plus populaire des espèces de perroquets gris d’Afrique. C’est l’espèce de perroquet la plus vendue en France et en Belgique. Il est apprécié depuis des milliers d’années, car déjà, les riches Grecs, puis les Romains aimaient ces oiseaux si spéciaux qui savaient reproduire le langage des hommes.

 

Entrée en vigueur en 1975, la Cites permet de classer des animaux ou des plantes menacées dans une de ces trois annexes. Le classement en Annexe 1 entraîne l’interdiction totale du commerce, comme pour l’orang-outang ou la tortue verte, tandis que les Annexes 2 et 3 instaurent des contrôles et des limitations strictes.

 

Par

 

 

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

 

 

A lire aussi:

 

Gbêhanzin plus fort que Jésus ?

 

 

AFRIQUE – Traditions ou modernisme : les Africains peuvent-ils choisir ?

 

Lettre d’Amadou Hampâté Bâ à la Jeunesse : «soyez au service de la vie sous tous ses aspects»

 

HISTOIRE – Les Luo dont descend Barack Obama sont les véritables fondateurs de l’antique civilisation égyptienne

 

Commentaires