SYRIE – Où est passée la Cour pénale internationale ?

Les Africains ne cesseront jamais assez de répéter que la Cour pénale internationale (CPI) semble n’avoir d’yeux que pour l’Afrique tant qu’elle ne montrera pas le même entrain dans des conflits comme en Syrie. Cela fait plusieurs années maintenant que les Syriens vivent une situation pire que ce qui aurait immédiatement déclenché une réaction si c’était dans une quelconque région de l’Afrique. Et pourtant...On se demande bien où est passée la CPI ?

 

Fatou Bensouda (Photo Wikipédia)Fatou Bensouda (Photo Wikipédia)

Les dirigeants des grandes puissances du monde continuent de palabrer en se ménageant et en ménageant leurs intérêts politico-diplomatiques. Mais pendant ce temps, des populations civiles continuent souffrir et de mourir sous des bombes en Syrie. Et l’on se demande combien de temps cette situation va durer encore. Face à l’impuissance de l’ONU d’arrêter le martyre du peuple syrien, c’est finalement les grandes personnalités et autres intellectuels de ce monde qui semblent s’être également résignés. Et la Russie de Vladimir Poutine peut continuer à faire ses démonstrations de muscles face à des Occidentaux plutôt hésitants à frapper du poing sur la table et rêveurs d’un dénouement diplomatique.

 

A y regarder de près, dans ce monde d’aujourd’hui qu’on dit pourtant attaché aux droits humains et au droit international, c’est à tout le contraire que la communauté humaine assiste en Syrie. Et les hommes de notre époque se souviendront un jour d’avoir délibérément détourné leurs regards de la Syrie et de ses populations. En dépit des nombreuses informations et des images de crimes de guerre dont ils peuvent se rendre compte. Car ces bombardements aveugles qui tuent des non combattants – personnes âgées, femmes et enfants confondus -, et qui touchent même des hôpitaux ne sauraient être autrement qualifiés. Qu’importent qu’ils proviennent du camp de l’armée du dictateur Bachar El Assad et de ses alliées russes ou des Américains et de leurs alliés occidentaux. Les auteurs de ces tueries devraient en répondre. Tant et si bien que l’on est en droit de se demander si la Cour pénale internationale (CPI) est devenue subitement aveugle. Elle qui se montre généralement si prompte à donner de la voix dès que cela concerne l’Afrique.

 

Les Syriens qui, à tort ou à raison, doivent se dire que le monde entier les a abandonnés ont eu besoin de l’intervention de cette institution depuis. Sans pour autant l’avoir entendu ou vu agir. En effet, c’est dans des conflits de ce genre qu’elle devrait plutôt s’illustrer pour prouver son impartialité aux Africains et à leurs dirigeants. Autrement, elle ne cessera jamais d’être traitée comme une cour dont la vocation première n’est que de sévir à l’encontre des nations faibles, et particulièrement d’Afrique. Car dans cette optique, tous ceux qui sont en train de commettre des crimes de guerre actuellement en Syrie devraient en principe avoir été déjà interpellés depuis longtemps. Il s’agit en fait de prouver que le droit international et l’action de la CPI doit s’appliquer à tous et qu’il n’y a pas d’impunité pour les grandes puissances. C’est seulement à ce prix que la CPI gagnera sa crédibilité aux yeux des populations de tous les pays. Et surtout des Africains qui, eux, ont bel et bien les yeux rivés sur elle.

 

Par Tcha Sakaro

 

 

 

A lire aussi:

 

UNION EUROPEENNE – 2,4 milliards d’euros pour aider les pays à gérer le flux des migrants

 

USA / AFRIQUE – La visite de Barack Obama en Afrique vue d’Afrique

 

TURQUIE – La chronique du blédard : Les dérives d’Erdogan

Commentaires