TOGO – Sommet de Lomé: Des opposants boudent et organisent un colloque sur l’alternance politique

 

Jean-Pierre Fabre, leader de l'opposition togolaiseJean-Pierre Fabre, leader de l’opposition togolaise

 

L’opposition togolaise annonce un boycott du prochain  sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sûreté, la sécurité maritime et le développement en Afrique qui se tiendra à Lomé du 10 au 15 octobre prochain. Le CAP 2015 -un regroupement des partis politique de l’opposition-  organise,  en marge de ce sommet, un colloque  sur la problématique de l’alternance politique en Afrique.

 

Plusieurs personnalités sont  annoncées à ce colloque qui aura lieu les 10 et 11 octobre (les deux premiers jours du sommet de Lomé). Il s’agit, entre autre, du politologue Français Michel Galy, du journaliste Béninois Francis Kpatindé et du professeur des Universités en droit public Albert Bourgi.

 

Ce colloque constitue, selon un communiqué du CAP 2015, « une contribution pour conjurer les dangers qui guettent l’Afrique et qui ont pour nom la confiscation du pouvoir d’Etat, avec pour corollaire l’insécurité, les massacres des paisibles populations et les guerres civiles ».

 

La tenue de ce colloque n’aurait pas fait autant de bruits à Lomé si le Chef de fil de l’opposition- dont le parti est membre du regroupement CAP 2015- n’avait pas décliné quelques jours auparavant l’invitation du gouvernement à prendre part à la rencontre de Lomé et convié la population à un meeting à la veille de la conférence des Chefs d’Etat.

 

Les raisons évoquées étaient, entre autres,  « son inculpation, lui et ses proches, dans l’affaire des incendies de Lomé », «  le renvoi de son représentant à la Commission électorale nationale indépendante lors de la présidentielle d’avril 2015 » et « le rejet de  son candidat lors de l’élection des membres  de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle » en mai dernier.

 

Le boycott qui divise l’opposition

 

Le boycott du sommet de Lomé et la tenue du colloque par le CAP 2015  ne fait pas l’unanimité au sein de l’opposition elle-même. Il faut noter, en effet, que les autres leaders de l’opposition ne partagent cette démarche des responsables du CAP 2015.

 

Pour le président du Nouvel Engagement au Togo (NET), Gerry Taama,  les enjeux du sommet de Lomé étant sécuritaires et économiques ne sont pas moins importants que la problématique de l’alternance dans les pays africains. « Les pertes subies par les Etats africains du fait de l’insécurité sur nos côtes sont énormes. Ce sommet est donc une occasion de discuter des questions de la sécurité maritime, de l’économie bleue mais aussi de la pollution de la mer » explique le président du NET pour qui le boycott n’est pas une option.

 

Avis partagé par son collègue du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) Me Tchassona Traoré. Même s’il dit craindre que tout l’effort budgétaire et financier du Togo ne soit englouti dans l’organisation de ce sommet, le candidat à la présidentielle de 2015 rappelle que la participation à cette rencontre ne prive pas l’opposition de continuer le combat pour l’alternance et la bonne gouvernance.   « La lutte pour l’alternance politique est à dissocier des questions sécuritaires qui existent et existeront sur les côtes africaines, peu importe celui qui sera au pouvoir. Boycotter cette rencontre où les sujets sécuritaires majeurs seront discutés c’est se tromper de lutte » explique  le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2015.

 

 
 

 

Afrika7 (USA)

 

 

 

A lire aussi:

 

Exclusif : Baila Ndiaye premier Sénégalais inventeur d’une voiture se dévoile

 

Une Amazone nommée Calixthe Beyala

 

Martin Luther King : La voix qui résonne encore

 

MUSIQUE – LEILA CHICOT : « En tant qu’Afro-caribéenne, il est toujours particulier pour moi de revenir sur la terre-mère »

 

ERNEST PEPIN – Une grande figure de la littérature francophone et caribéenne

 

MUSIQUE – Medhy Custos : « La musique contemporaine afro-caribéenne prend sa place dans le monde…»

 

MUSIQUE – Stromae, de la belgitude à ses origines africaines

 

PRIX FETKANN ! Un prix littéraire pour transcender l’esclavage

Commentaires