GABON – Election de Donald Trump : Coup dur pour Jean Ping ?

Après l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, certains pressentent que le lobbying du candidat malheureux de la présidentielle d’août 2016, qui continue de contester la victoire d’Ali Bongo, est désormais voué à l’échec.

 

ean Ping, dans le «blues» après l’élection de Donald Trump ? © Gabonreviewean Ping, dans le «blues» après l’élection de Donald Trump ? © Gabonreview

 

Donald Trump à la Maison Blanche, la cause pour laquelle se bat Jean Ping depuis la réélection d’Ali Bongo est désormais perdue. C’est du moins le pressentiment d’une partie de l’opinion, qui se rappelle que le républicain, magnat de l’immobilier, n’avait pas dans son équipe de campagne un chargé des Affaires africaines. De plus, le nouveau président des Etats-Unis n’a jamais caché son aversion pour l’interventionnisme de son pays dans les affaires des autres Etats à travers le monde. Or, depuis plusieurs mois, et davantage depuis la réélection d’Ali Bongo, le candidat malheureux de l’opposition à la présidentielle d’août 2016 compte sur l’intervention de la communauté internationale pour l’aider à «récupérer» la victoire qu’il accuse Ali Bongo de lui avoir «volée».

 

Après sa tournée européenne au terme de laquelle il s’est dit «très déçu par la France» qu’il accuse d’avoir «torpillé la position de l’Union européenne» sur la tenue de la présidentielle au Gabon, Jean Ping est arrivé aux Etats-Unis le 9 novembre 2016. Si ses soutiens assurent que ses échanges avec les responsables américains auront bel et bien lieu, rien ne dit que l’ancien président de la commission de l’Union africaine sera soutenu par ses interlocuteurs. D’autant qu’Hillary Clinton avec laquelle il a échangé ces derniers temps sur la situation du Gabon n’a pas été élue. «Je vais prochainement aux Etats-Unis, je ne sais pas encore», avait-il déjà confié dans un entretien au journal Le Monde, peu avant son départ.

 

Au Gabon, les incertitudes de Jean Ping quant à la réaction des autorités américaines prêtent à moquerie. Au gouvernement, l’on ne manque pas de bomber le torse. Pour Alain-Claude Bilie-By-Nze, ministre de la Communication, l’élection d’Hillary Clinton n’aurait rien changé aux affaires intérieures du Gabon. «Je ne sais pas si ce serait plus difficile pour lui (avec Trump au pouvoir), mais ce que je sais c’est que ce sont les Gabonais qui votent au Gabon, et que M. Jean Ping a toujours compté sur la communauté internationale. Il pensait avoir des amis auprès de l’administration Clinton», a réagi le porte-parole du gouvernement gabonais sur Radio France internationale (RFI), le 10 novembre.

 

Par

 

 

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

 

A lire aussi:

 

GABON – Crise postélectorale : «Au Gabon, j’y vis comme si j’étais en résidence surveillée», dixit Jean Ping

 

GABON – La déclinaison du gouvernement Issoze Ngondet

 

GABON – Issozet-Ngondet nommé Premier ministre d’un gouvernement d’ouverture

 

GABON – Ali Bongo prête serment pour un deuxième septennat

 

GABON – Jean Ping : «J’invite Ali Bongo à reconnaître le verdict des urnes»

 

GABON – Présidentielle 2016 : Les assurances de Moubelet-Boubeya aux observateurs internationaux

Commentaires