MALI – Migration: polémique autour d’un probable accord de réadmission malgré les démentis du gouvernement

Les autorités maliennes ont-elles signé un accord de « réadmission » avec l’Union européenne pour faciliter l’identification et le rapatriement des Maliens en situation irrégulière de l’Europe ? Cette question est encore catégorique sur toutes les lèvres. Mais le chef de la diplomatie malienne campe sur sa position : “le Mali n’en a pas signé et n’en signera pas”.

 

Le ministre malien Abdoulaye Diop et homologue Bert KoendersLe ministre malien Abdoulaye Diop et homologue Bert Koenders

 

“L’UE est un partenaire mais le Mali ne peut pas monnayer sa coopération encore moins le sort de nos compatriotes.” Ce sont les propos d’Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale, sur sa page Facebook et son compte Twitter.

Mardi 20 décembre, en compagnie de deux autres ministres devant les députés, M. Diop a réaffirmé qu’aucun accord n’a été signé avec l’Union européenne visant à rapatrier les ressortissants maliens en situation irrégulière. “Si un accord existe qu’on le fasse sortir. On ne cache pas un accord. Le Mali ne tombera pas dans ce piège”, a insisté le chef de la diplomatie malienne.

 

Un piège ? Allusion faite certainement au ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, qui s’est félicité des “engagements historiques” obtenus avec un pays africain après le dialogue de haut niveau qu’il a eu avec les autorités maliennes. Mardi, pendant les débats à l’Assemblée nationale, certains députés de la majorité présidentielle ont même accusé l’ancien ambassadeur au Mali de “ne pas être à sa première tentative de déstabiliser le pays”.

 

Cependant, les démentis, pourtant formels et lucides, du gouvernement n’ont pas totalement rassuré l’opinion publique malienne. D’autant que l’information a été largement reprise par les médias étrangers. Et ce passage du premier rapport relatif à l’avancée du cadre de coopération de pays tiers avec l’UE sur la migration ne réconforte pas la position du gouvernement : “des instructions permanentes sont en voie de finalisation. Leur objectif est d’améliorer la coopération entre les consulats maliens et les autorités chargées des migrations dans les États membres, ainsi que d’accélérer les procédures en matière d’identification et de retour”. Comme pour dire que même s’il n’y a pas encore un accord signé, il est peut-être en gestation.

 

Selon une source au département des Affaires étrangères, la diplomatie malienne s’efforce déjà à rassurer ses ressortissants. La semaine dernière, le ministre Diop a même exigé un démenti de la part de l’ambassade et de l’UE. La dernière n’a pas bronché.

Mais le gouvernement ne compte pas s’arrêter là. Il n’exclut pas d’envoyer des délégations en Europe pour expliquer sa position sur cette affaire. “Le Mali a déjà rejeté un tel accord dans le passé (sous le président ATT, ndlr) et ne compte pas le signer aujourd’hui”, affirme notre source. Cela, pour la simple raison que les transferts de fonds officiels des migrants au Mali dépassent de loin l’aide au développement. En 2014, selon l’UE, la contribution de ces migrants représentait 7,7% du PIB.

 

Aboubacar DICKO

 

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Septentrion malien : l’armée s’enlise, les populations s’interrogent

 

MALI – Processus de paix: L’ONU aussi soupçonne une complicité entre des groupes signataires et les terroristes

 

MALI – Renouvellement du mandat de la MINUSMA : Les recommandations de Ban ki-Moon pour répondre à la menace terroriste

 

MALI – Fin de cavale pour le terroriste Fawaz ould Ahmeida

 

MALI – Autorités intérimaires : La grosse prime faite aux groupes armés

Commentaires