BENIN – Dossier centrale électrique de Maria-Gléta: Les députés intransigeants sur l’impunité

 

gaz_1-5-23557

 

Le ministre de l’énergie aura passé des heures chaudes hier au palais des gouverneurs à Porto-Novo. Jean Claude Houssou, qui devait porter la réponse du gouvernement aux préoccupations des députés sur la question du scandale lié à la construction d’une centrale électrique de 80 Mw à Maria-Gléta n’a pas convaincu. Au mieux, le technicien a provoqué la colère des députés. Inviter les parlementaires à ne pas ‘’regarder dans le rétroviseur’’ dans un dossier de près de 50 milliards était un pari bien osé, et le ministre de l’énergie en gardera un bien mauvais souvenir. Ce bout de phrase a suffi à déchainer les passions et surchauffer l’atmosphère à l’hémicycle. D’ailleurs, ce dossier qui est l’un des plus gros scandales financiers sous l’ère de Boni Yayi a toujours suscité l’indignation tant au niveau des acteurs politiques que de l’opinion en général. Aujourd’hui, l’un des acteurs clés de ce projet tient les rênes du ministère de l’intérieur. Sacca Lafia, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était à l’époque ministre de l’énergie et des mines (sous Boni Yayi 1) et c’est bel et bien sous sa direction que le projet a été conçu et réalisé.

 

Les députés de la 7e législature n’ont d’ailleurs pas fait la langue de bois au cours de la session consacrée aux réponses du gouvernement. L’honorable Dakpè Sossou, auteur de la question orale et ses collègues, Mathurin Coffi Nago, Benoît Dègla, Atao Hinnouho, exigent que les responsabilités soient situées dans ce dossier. Il n’était d’ailleurs pas imaginable d’entendre le ministre de l’énergie minimiser ce scandale qui défraie la chronique depuis plusieurs mois déjà.

 

A l’occasion de sa prestation de serment le 6 avril 2016, le président Patrice Talon a promis lutter contre la corruption, et l’heure a peut-être sonné pour que le gouvernement montre sa bonne foi et commandite un rapport d’audit sur le scandale de Maria-Gléta. La probable implication de certains membres du gouvernement du nouveau départ ou des protégés du régime actuel ne devrait pas inhiber la volonté et la détermination de Patrice Talon à enrayer la corruption et le détournement des deniers publics. Une chose est sûre, l’opinion observe, et ce scandale ne saurait être oublié. Les députés sont en train de prendre leurs responsabilités, et bientôt, une commission d’enquêter devrait interroger tous les présumés coupables dans ce dossier. Vivement.

 

Arnaud DOUMANHOUN

 

 

 

ource : http://www.fraternitebj.info

 

Fraternité (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Rumeurs autour d’un nouveau gouvernement : Pourquoi Talon ne doit pas remanier

 

BENIN – Tournée du chef de l’Etat dans le septentrion : Talon réclame un prolongement de l’état de grâce

 

BENIN – AFFAIRE SEBASTIEN AJAVON – La réplique du collectif des avocats à la déclaration du Procureur de la République

 

BENIN – Interpellation de l’opérateur économique Sébastien Ajavon : Le film des événements

 

BENIN – Non déclaration des biens par les hautes personnalités de l’Etat : La Cour Suprême au banc des accusés

Commentaires