CAMEROUN – Traité Germano-camerounais: on en reparle à Douala !

 

douala-le-04-dc3a9cembre-2011-berges-du-wouri-sa-majestc3a9-din-dika-akwa-iii-prc3a9sente-le-panier-sans-message-aux-autres-chefs

 

En organisant des activités cette année pour rendre hommage à King Dika Mpondo Akwa, le Canton Akwa replonge les citoyens dans l’histoire cent ans plus tôt. En effet, Dika Mpondo qui est porté sur la place publique ce jeudi 26 janvier 2017 à Douala, est né en 1836 à Akwa (Douala). Petit-fils de Ngand’a Kwa (fondateur de la dynastie des Akwa, qui régna de 1806 à 1846), Dika Mpondo reçoit une éducation et une initiation en adéquation avec les croyances et les pratiques ancestrales de son peuple. Son énergie et sa créativité sont très vite remarquées par son père qui l’emmène fréquemment à bord des voiliers négocié avec les Européens.

 

D’après l’histoire racontée par le Chef supérieur du Canton Akwa, c’est en 1878 que le concerné accède au trône des Akwa à la mort de son père. Il est alors âgé de 42 ans et son ambition est de bâtir un puissant ensemble territorial ancré dans la modernité mais puisant ses racines dans les hautes valeurs traditionnelles et culturelles. Poursuivant l’action de ses prédécesseurs, il consolide le Royaume de Bonambela, ainsi que les relations ancestrales de celui-ci avec les peuples de l’hinterland. Souverain visionnaire, Dika Mpondo Akwa souhaite renforcer les échanges commerciaux avec les partenaires européens et accélérer le développement de son pays. C’est ainsi qu’il signe en 1883, un accord commercial d’une grande importance : l’accord Akwa-Woermann. « Cet accord stratégique est l’acte préparatoire majeur du traité qui allait intervenir un an plus tard. En effet, le 12 juillet 1884, Dika Mpondo signe comme plénipotentiaire pour la patrie camerounaise, le traité Germano-camerounais. Il croit écrire une nouvelle page heureuse pour son peuple, mais les Allemands ne respectent pas leurs engagements », relate Son Altesse royale Din Dika Akwa III du Canton Akwa.

 

Se dressant contre les Allemands, King Akwa devient leur ennemi. Souverain charismatique et martyr de la résistance camerounaise, il a payé le lourd tribut pour la défense des droits de son peuple en subissant les mesures de rétorsion des Allemands, en étant destitué puis envoyé en exil à Campo où il est détenu dans des conditions extrêmement dégradantes. Là, il meurt le 6 décembre 1916. Mort pour une cause noble, son histoire, son histoire a traversé les frontières et aujourd’hui : «  quoi de plus normal et patriote de lui rendre un vibrant hommage. Le traité Germano-camerounais dont il a été l’instigateur constitue l’acte de la naissance du Cameroun et le point de départ de la construction progressive de notre Nation », explique son Altesse royale en direction de Camerpost.

 

Par Linda Mbiapa

 

 

Source : http://www.camerpost.com

 

Camer Post (Cameroun)

 

 

A lire aussi:

 

CAMEROUN – CRISE ANGLOPHONE : Les vrais problèmes qui fâchent

 

CAMEROUN – LUTTE CONTRE BOKO HARAM : Issa Tchiroma exhorte les populations à saluer la bravoure des forces de défense

 

Une Amazone nommée Calixthe Beyala

Commentaires