DU NIGERIA A L’ESPAGNE VIA LE MAROC : Les chemins d’avenir du gaz ouest africain

Le Nigeria et le Maroc sont décidés à donner un coup de fouet à la coopération Sud-Sud. A travers un projet de gazoduc qui partira du Nigeria en Afrique de l’Ouest pour aboutir en Espagne en Europe, les deux pays se sont engagés en faveur d’un projet économique d’importance et dont les retombées bénéfiques toucheront tous les pays concernés.

 

Roi_Gazoduc-614x304

 

Le Maroc et le Nigeria ont décidé de réaliser un grand projet économique de gazoduc afin de desservir le marché européen. Il s’agit, quand il sera concrétisé à terme, du plus grand du genre jamais entrepris. Car il liera le Nigeria dont on connaît les importantes réserves en gaz qui ont toujours suscité des convoitises et le marché européen à partir de l’Espagne. En passant bien évidemment par le Maroc et plusieurs pays ouest-africains, en l’occurrence : le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée-Conakry, la Guinée-Bissau, la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie.

 

Etant donné qu’il existe déjà un pipeline du gazoduc ouest africain qui s’arrête au Ghana, le projet de gazoduc sera donc un prolongement de ce chemin à partir du Ghana jusqu’en Espagne. Depuis que le Maroc et le Nigeria ont convenu de mener cette entreprise ambitieuse à bien, les choses semblent s’accélérer bien plus que des initiatives qui ont été agitées par le passé. La diplomatie active du Roi Mohammed VI en est sans doute pour quelque chose. Ajoutée à cela la volonté du président nigérian, Muhammadu Buhari, d’imprimer une nouvelle dynamique à l’économie de son pays. Le 13 novembre dernier,  une séance de travail a rassemblé les deux parties au palais royal de Casablanca en présence du Roi Mohammed VI. Le Nigeria a été représenté à cette occasion par une délégation de haut niveau mandaté par le président Muhammadu Buhari. Les deux protagonistes ont pris l’engagement de respecter l’environnement dans la réalisation de cette gigantesque infrastructure. Et ce, d’autant plus que c’est en marge de la rencontre de la COP22 à Marrakech au Maroc qu’il a été finalisé par les deux dirigeants.

 

Le gazoduc qui s’étalera sur près de 5 000 km le long de la côte ouest africaine, renforcera par la même occasion l’intégration économique et politique déjà engagée au sein de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Aussi, permettra-t-il par ailleurs de développer de nouvelles activités économiques au sein de cet ensemble sous régional mais surtout d’apporter de nouvelles solutions à la lancinante crise énergétique que l’on peut observer çà et là dans ses pays membres de cette communauté.

 

Par Daniel Yaoni

 

 

 

A lire aussi:

 

NIGERIA – Enfin, le premier TGV d’Afrique de l’Ouest en marche

 

SUCRE – UE / ACP : Des relations économiques de moins en moins sucrées

 

AFRIQUE FRANCOPHONE – L’avenir du franc CFA en question

 

EGYPTE / ARABIE SAOUDITE – Un pont de 32 km sur la Mer Rouge pour relier les deux pays

Commentaires