HAÏTI – Privert invite à un nouveau départ!

Une cérémonie oecuménique a été organisée, le jeudi 12 janvier 2017, en hommage à plusieurs milliers de victimes du séisme du 12 janvier 2010, sur la pelouse du Palais national. Près de sept ans après le passage dévastateur de cette catastrophe, le président provisoire de la République, Jocelerme Privert, l’a décrété « Journée nationale de réflexion et de sensibilisation sur la vulnérabilité d’Haïti face aux risques et désastres ».

 

Le président Jocelerme Privert, la Première dame, le Premier ministre Enex Jean-Charles et des membres du gouvernement au Mémorial Saint-Christophe (Titanyen) en hommage aux victimes du séisme de 2010, le 12 janvier 2017.| Photo : facebook.com/presidencehaitiLe président Jocelerme Privert, la Première dame, le Premier ministre Enex Jean-Charles et des membres du gouvernement au Mémorial Saint-Christophe (Titanyen) en hommage aux victimes du séisme de 2010, le 12 janvier 2017.| Photo : facebook.com/presidencehaiti

 

Le président provisoire de la République, Jocelerme Privert, participant à la cérémonie oecuménique tenue au Palais national, en mémoire des victimes du séisme du 12 janvier 2010, appelle à un changement de comportement. « L’année 2017 doit être un nouveau départ. On doit s’engager sur la voie du dialogue en vue de privilégier les intérêts supérieurs de la nation ».

 

Pour y arriver, le chef de l’État a souligné la nécessité de tirer des leçons des causes des phénomènes comme cataclysmes, cyclones et ouragans. Ces derniers, affirme-t-il, lacèrent le tissu social. Ils meurtrissent les familles et rendent le développement économique improbable. Il appelle à une conscientisation de la population, notamment la jeunesse et à une préparation des cadres et techniciens du pays.

 

M. Privert a aussi insisté sur la nécessité de mettre en oeuvre des politiques publiques inscrites dans le budget de la République. Une démarche qui, selon lui, permettra de faire face à ces tristes réalités qui sont mieux gérées partout dans la région (caribéenne). C’est pourquoi l’arrêté, daté du 28 décembre 2016, vise à créer un nouveau cadre et à inviter à une nouvelle posture par rapport aux désastres et aux catastrophes naturelles, souligne-t-il.

 

La journée du 12 janvier est mémorable. Le chef de l’État le croit dur comme fer. Il s’agit d’un moment au cours duquel il exprime sa solidarité avec des milliers d’autres survivants souffrant dans leur coeur et leur chair le drame de cette catastrophe. C’est aussi l’occasion, souligne Jocelerme Privert, de prendre le temps de se recueillir, de se rappeler ce qui s’est passé, se souvenir des êtres chers décédés ou des personnes qui restent handicapées leur vie durant. Chacun d’entre nous pleure des morts ou des disparus. Certains ont encore le réflexe de toucher une partie de leur corps meurtri devant cette fatidique journée. « Cette date restera toujours gravée dans notre mémoire collective. Nous n’oublierons jamais nos morts, particulièrement ceux du 12 janvier ».

 

Le président de la République, toutefois, croyant normal d’honorer la mémoire de ces milliers de victimes, appelle à la praxis. Ce qui, selon lui, contribuera au relèvement réel du pays via la mise en oeuvre d’une politique environnementale. « Nous limiter seulement à ce deuil renouvelé est certes nécessaire pour l’action, mais elle n’est pas suffisante. Elle nous maintient dans une attitude de victimes impuissantes face à des drames auxquels notre nation est et sera continuellement exposée », a expliqué Jocelerme Privert.

 

C’est aussi le point de vue des religieux

 

Précédant le président de la République dans son intervention, les leaders religieux ont abondé dans la même veine. Qu’il s’agisse, d’une part, du président de la Fédération protestante d’Haïti (FPH), Sylvain Exantus, ou de l’évêque de l’Église anglicane épiscopale d’Haïti, Jean Zachée Duracin et d’autre part, de la présidente de la Confédération des vodouisants d’Haïti (CNVA), Euvonie Georges Auguste, ou de l’évêque de Miragoâne et d’Anse-à- Veau, Pierre André Dumas, leurs interventions ont été axées sur la nécessité d’aboutir à un réveil citoyen et à un sursaut patriotique. Ce qui, à leur avis, contribuera à sortir le pays du bourbier dans lequel il s’engouffre.

 

Dans cette optique, les leaders religieux appellent à l’unité. Ils exhortent les forces vives de la nation à conjuguer leurs efforts pour arriver à la reconstruction (du tissu social) du pays. Sans langue de bois, ils invitent les dirigeants politiques à une prise de conscience sur la situation critique du pays. « Nous devrions mettre un terme aux luttes intestines, à nos divisions chroniques. Ce qui passera nécessairement par la mobilisation de tous les dirigeants au travail. Ainsi, les jeunes de ce pays sauront que l’honneur, le respect et la gloire n’appartiennent pas au passé ».

 

Soulignons que très tôt dans la matinée du jeudi 12 janvier, le président de la République, Jocelerme Privert, et le Premier ministre, Enex Jean- Charles ont déposé une offrande florale au Mémorial Saint-Christophe (Titanyen) en hommage aux victimes du séisme de 2010.

 

Reynold Aris

 raris@lenational.ht

 

 

 

Source: http://www.lenational.org

 

Le National (Haïti)

 

 

A lire aussi:

 

HAÏTI – Bilan: 288 morts, le gouvernement dénonce le business humanitaire

 

HAÏTI – « La Cour des comptes fait son travail », selon sa présidente

 

HAÏTI – 4e édition : Le festival international Haïti couleurs Haïti chaleur au Cap-Haïtien sur fond de tension électorale

Commentaires