Le train va-t-il encore siffler au Niger ? (Par Garba Yayé)

 

Voici son image en janvier 2016 quand il a sifflé à Niamey après plus de 80 années d’attenteVoici son image en janvier 2016 quand il a sifflé à Niamey après plus de 80 années d’attente

Que peut-on en dire? Beaucoup de nos compatriotes se posent la question sur la suite de ce projet qui devait relier Niamey à Parakou par une voie ferrée. Il devait construire un kilomètre par jour pour terminer en fin 2016. Pour rappel le coût global prévu de la réalisation de ce projet a été estimé à un peu plus de 700 milliards de F CFA (1.07  milliard d’Euros).

A l’état actuel au moins 94 Milliards F CFA (142  millions d’Euros) ont déjà été consommés pour la construction de la liaison entre  Niamey et Dosso et ce avant le démarrage de la procédure judiciaire lancée par Africarail. Cette procédure a freiné l’avancement de du projet et à l’heure actuelle aucune date de relance ne se dessine à l’horizon.

 

N’étant pas maître de la durée de la procédure les autorités nigériennes auraient dû prendre des mesures conservatoires pour protéger cette liaison déjà terminée. Rien n’a été fait et comme on peut le constater les rails sont en train de s’oxyder dans le processus naturel qui engloutit tout patrimoine délaissé.

 

Ce qu’on retient de lui en moins d’un an après son sifflement à NiameyCe qu’on retient de lui en moins d’un an après son sifflement à Niamey

C’est une certitude mathématique. En tant que pays le plus pauvre de la planète nous ne pouvons pas nous permettre de jeter de l’argent par la fenêtre.Impuissance ou négligence ? Quelle qu’en soit la raison de ce manquement ces dommages provoqués sont à payer avant la relance des travaux si reprise il y aura. Un crédit donc de plus qui va venir alourdir la dette de notre pauvre pays (cette dette est déjà doublée en moins de six ans). Nous sommes condamnés donc à payer cette situation et si le pire arrive à ce projet nous seront  condamnés à rembourser, entre autres,  ce crédit déjà consommé.

 

Il est une question de bon sens de ne pas nous laisser surprendre par les événements en exigeant auprès des partenaires du projet la mise œuvre des mesures conservatoires afin de protéger ce patrimoine national. Oui, cette liaison ferroviaire déjà construite fait désormais partie du patrimoine de la nation nigérienne.

Assurer la sécurité des personnes et des biens est une exigence de la constitution (Art 41 de la constitution de la 7ième République). Comme le dit Confucius  « Celui qui ne prévoit pas les choses lointaines s’expose à des malheurs prochains» .

 

Garba Yayé

 

 

 

Source :http://www.tamtaminfo.com

 

Tam Tam Info (Niger)

 

 

 

A lire aussi:

 

SOULEYMANE MAHAMAN, réalisateur à l’ORTN : « Des projets de films pour faire découvrir les oasis du Kawar, les sites et monuments historiques dans le désert du Ténéré »

 

NIGER – Reddition de « Boko-Haramistes » : Tracez la voie à une insertion des jeunes pour vaincre la guerre !

 

Au-delà du folklore, la République c’est surtout un comportement constant

Commentaires