RD CONGO – GOUVERNEMENT : Les parties d’accord sur la répartition

Un nouveau pas a été franchi au Centre interdiocésain où les parties ont trouvé un accord sur la répartition des sièges dans le prochain gouvernement de transition. Pour contenter tout le monde, la taille de l’exécutif a été revue à la hausse, passant de 46 à 53 membres. Malgré cette avancée, une étape cruciale reste à franchir d’autant que la Majorité présidentielle n’entend pas lâcher les ministères régaliens tels que la Défense et l’Intérieur.

 

car 6131_200_200

Après une intense pression exercée par la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) toute la journée du jeudi, les parties aux pourparlers directs du Centre interdiocésain sont parvenues finalement à un compromis autour de la clé de répartition dans le prochain gouvernement de transition. En conséquence, la taille du gouvernement a été revue à la hausse. Elle passe désormais de 46 à 53 membres, ministres et vice-ministres. Question sans doute de contenter tout le monde.

 

En effet, les évêques ont mis les bouchées doubles pour que les délégués à l’arrangement particulier du Centre interdiocésain dégagent un consensus autour de la composition du gouvernement. Des consultations ont été organisées dans la journée de jeudi avec les  chefs de composantes avant de soumettre, dans la soirée, les conclusions de leur délibération à la plénière.

 

Le Front pour le respect de la Constitution (FRC) ayant décliné l’offre de participer au gouvernement, le partage des postes ne s’est donc limité qu’à la Majorité présidentielle, le Rassemblement, l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre, l’Opposition républicaine et la Société civile.

 

Sur un total de 53 sièges à répartir, la Majorité présidentielle se tape 21, contre 16 pour le Rassemblement ; 11 pour l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre ; trois pour l’Opposition républicaine et deux pour la Société civile.

 

Chef de file de l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre, Vital Kamerhe s’est félicité de cet accord, en jetant en même temps des fleurs au grand travail abattu par la Cenco. « Félicitations à toutes les composantes qui viennent de trouver un accord sur le gouvernement. Merci aux évêques. Le peuple attend les élections en 2017 », a déclaré le président de l’UNC dans un tweet relayé sur les réseaux sociaux.

Delly Sesanga du Rassemblement a émis sur la même longueur d’ondes. « La répartition des responsabilités au sein du Gouvernement est réglée », reprend-il dans un tweet.

 

Mais, le plus dur est à venir

 

Si la question de répartition des responsabilités a trouvé des réponses au terme de la plénière de jeudi, l’attribution des portefeuilles aux composantes au prorata de leurs sièges restent la grande interrogation. On doit s’attendre à de chaudes empoignades sur ce point précis. D’ores et déjà, la Majorité présidentielle a annoncé les couleurs. Bien servi dans cette répartition avec 21 postes, la MP revendique déjà des ministères de souveraineté tels que la Défense et l’Intérieur.

 

Des indiscrétions rapportent que la MP aurait accepté de se délaisser des ministères de la Justice et des Affaires étrangères. Toutefois, elle voit d’un mauvais œil que le Rassemblement prenne les commandes du ministère de la Justice et souhaiterait que ce portefeuille revienne à la Société civile. Le ministère des Finances et, éventuellement, la Banque centrale du Congo devraient être aussi au cœur de fortes tractations.

 

En effet, dans les rangs du Rassemblement, on n’est pas prêt à concéder à ce que la MP garde le contrôle des sources des recettes de l’Etat, c’est-à-dire les régies financières relevant de la tutelle du ministère des Finances, tout en ayant également une mainmise sur le ministère des Finances. C’est dire qu’entre la MP et le Rassemblement, l’un devrait avoir les Finances, cédant à l’autre le Budget.

 

Mais, à qui reviendront les Finances ? C’est la grande interrogation. En tout cas, au Rassemblement, on tient en avoir le contrôle pour garantir le financement du processus électoral. Ce qui n’est pas de l’avis de la MP.

A tout prendre, le compromis autour de la répartition des sièges dans le prochain gouvernement est certes un pas dans la voie de la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre, mais il n’a pas encore résolu tout le problème. L’étape la plus cruciale est celle qui attribuera à chaque composante les ministères respectifs, selon le quota prévu dans l’arrangement particulier.

 

Primature, le mode de désignation toujours en question

 

En attendant, les parties n’ont pas levé une option définitive sur le mode de désignation du Premier ministre. Selon un communiqué de la Cenco, diffusé sur son site, « la question relative au mode de désignation du Premier ministre sera traitée d’abord en commission entre la MP et le Rassemblement », avant certainement d’être débattue en plénière. C’est dire, malgré le compromis d’hier jeudi, on n’est pas encore sorti de l’auberge.

 

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

 

A lire aussi: 

 

RD CONGO – DIALOGUE INCLUSIF: Transition et décrispation divisent les délégués

 

RD CONGO – Tshisekedi parle avant le 19 décembre 2016

 

RD CONGO – DIALOGUE INCLUSIF : Les travaux reprennent mardi

 

RD CONGO – NÉGOCIATIONS DIRECTES: Modération à la MP, flexibilité au « Rassemblement »

Commentaires