RD CONGO – Se prendre en charge

La classe politique congolaise, contrairement à ce qui se passe sous d’autres cieux, ne sert pas de guide de la population qu’elle est censée servir. Elle est donc loin de guider et canaliser ses aspirations. C’est dire que l’émergence d’un « pays plus beau qu’avant », tel que souhaité par les pères de l’indépendance, reste encore un rêve.

 

carte jaune rdc_200_200

Que du temps perdu ! Cela depuis la signature de l’Accord du 31 décembre 2016 entre le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement et la Majorité présidentielle. Les deux parties n’arrivent toujours pas à s’accorder sur, notamment, la nomination du prochain Premier ministre pour laquelle le mode de désignation continue de diviser. Sans oublier le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA).

 

À tout prendre, rien n’est encore perdu. La médiation, assurée par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco), ne s’est pas lavée la main après avoir transmis au chef de l’État les conclusions de ses bons offices et la lettre d’Étienne Tshisekedi désignant Félix Tshisekedi au poste de Premier ministre. Les évêques catholiques exhortent la classe politique, la Société civile et tout le peuple à un sursaut de patriotisme doublé d’une prise de conscience des enjeux et autres défis qui s’imposent à un État de droit et à la reconstruction du pays.

 

Que chaque partie laisse de côté la boulimie du pouvoir et la poursuite de leurs intérêts personnels. Toutefois, cela ne semble pas être le cas pour le camp présidentiel, surtout le chef de l’État et tous les larbins qui l’entourent. Le pays vit déjà une crise politique et institutionnelle qui ne dit pas son nom et qui, mine de rien, se corse au jour le jour. Et il n’est pas exclu que, dans les jours à venir, la RDC se transforme en une véritable poudrière. Qui sait ?

 

Loin d’être alarmistes, des analystes trouvent que la situation aurait déjà explosée si l’Opposition et la jeunesse congolaises ainsi que la Société civile non inféodée aux partis politiques s’étaient mobilisées pour mener des actions pacifiques de grande envergure conduisant à l’alternance politique.

 

Il faudrait également une forte résistance face à l’usage de la force pour éviter que la RDC sombre dans le chaos. Les Congolais doivent vaincre la peur. Et il est temps qu’ils se mettent debout pour régler le sort des pyromanes qui ne caressent qu’un seul rêve, celui de s’éterniser au pouvoir. Ils ne doivent s’interdire de faire le lit d’un soulèvement populaire aux conséquences incalculables.

 

Par Le Potentiel

 

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

 

A lire aussi:

 

RDC : Qu’est-ce qui se cache derrière le massacre au Kasaï central ?

 

RD CONGO – Préserver l’unité

 

RD CONGO – KATEBE KATOTO À KINSHASA : Une démarche de conciliation ou un trouble-fête ?

 

RD CONGO – SUCCESSION D’E. TSHISEKEDI : Six prétendants au trône

Commentaires