GUINEE – La BAD souhaite financer un projet d’adduction d’eau en Guinée forestière

 

mef

 

Le Secrétaire Général, M. Joachim Lamah, et M. Bakary Sylla, Chef de Cabinet du Ministère de l’Economie et des Finances ont reçu mercredi 26 avril 2017 une délégation de la Banque Islamique de Développement (BID).

 

Composée d’experts et de banquiers, la délégation était conduite par M. Mourad Choyekh Représentant local de la BID ainsi que des cadres du Service National d’Aménagement des Points d’Eau (SNAPE).

 

Il s’agissait de présenter aux cadres du département un aperçu du projet d’adduction d’eau potable en Guinée Forestière, dans les localités de N’Zérékoré, Yomou et Lola, et avoir l’avis du Ministère en termes de passation de marché, notamment le support de l’UNICEF, une institution qui a déjà prouvé son expertise en la matière, selon les cadres de la BID.

 

Au nom de Madame la Ministre de l’Economie et des Finances, le Secrétaire Général a souhaité la bienvenue aux hôtes et remercié la BID pour le support financier qu’elle apporte à la Guinée. M. Joachim Lama a indiqué que ce projet est d’autant plus important qu’il touche les zones rurales. A cet effet il demeure primordial de rééquilibrer les investissements de développement en faveur de la ruralité.

 

Allant dans le même sens que le Secrétaire Général, le Chef de Cabinet a aussi salué l’initiative pour lui, l’intervention dans les zones rurales figure parmi les priorités de développement de la Guinée. C’est pourquoi le département approuve l’idée d’un tel projet qui vise à améliorer les conditions de vie des populations.

 

S’agissant du concours de l’UNICEF à la passation des marchés, les deux cadres du département de l’Economie et des Finances ont tenu à préciser l’existence des organes en charge de la passation des marchés. Néanmoins le département reste ouvert pour tout support technique ou amélioration allant dans le sens d’une expertise sur des points précis à identifier préalablement. Mais en aucun cas, l’UNICEF ne saurait se substituer aux textes réglementaires à la chaîne d’organes de passation de marchés.

 

Pour permettre à toutes les parties prenantes d’être au même niveau d’information quant aux conditionnalités du prêt, a priori hautement concessionnel, la BID promet d’adresser une note de synthèse au Ministère de l’Economie et des Finances au terme de la mission. Cette démarche permettra la mise en œuvre du projet dans les délais tout en s’assurant de la qualité du service. Les deux parties se sont quittées dans l’espoir de se retrouver très rapidement pour la réalisation dudit projet.

 

Par la Cellule de Com. du Gouvernement

Commentaires