GUINEE – Alpha Condé maintient ses propos d’Abidjan: « j’ai dit aux pays francophones coupons le cordon ombilical »

 

alpha-3

 

Alpha Condé est toujours égal à lui-même. Au bluezone de Kaloum samedi dernier, le président en exercice de l’Union africaine (UA) a lancé la feuille de route de l’Union autour du thème: «Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans les jeunes ». Dans sa communication, le chef de l’Etat guinéen a tapé sur la relation « mère-enfant » que subissent de nombreux pays africains. Il a réitéré son appel aux pays du continent à couper le cordon ombilical avec anciennes les puissances dominatrices en agissant dit-il en tant que pays souverains sur la base des intérêts réciproques. Extraits…

 

«Dans vos pays [s’adressant aux jeunes Maliens, Burkinabè et… Nigériens en Guinée), vos gouvernements sont obligés de soustraire une partie du budget pour faire face au terrorisme. Au lieu que le budget soit consacré au développement du pays, ils sont obligés d’acheter des armes pour faire face au terrorisme. Ce qui affaibli leur capacité d’investissement. Donc il est extrêmement important que nous soyons solidaires avec vous et qu’ensemble nous menons le combat pour vaincre le terrorisme ».

 

« Comme j’ai dit à Abidjan dernièrement, nous ne pouvons pas vaincre le terrorisme par les armes. Parce que le terrorisme, c’est la pauvreté et l’injustice. Pourquoi les terroristes disent à un jeune tiens ça, va mettre une bombe ? C’est parce qu’il n’y a pas de travail. La première nécessité pour vaincre le terrorisme, c’est de lutter contre la pauvreté, mais aussi contre l’injustice. Ça veut dire que les ressources du pays doivent être équitablement reparties, particulièrement au niveau des couches les plus vulnérables, les jeunes et les femmes, etc. C’est ça qui peut couper la racine du terrorisme ».

 

« Très souvent, nous sommes victimes des ingérences. Nous ne sommes pas maîtres de notre destin. Si nous voulons nous développer, il faut que nous soyons d’abord maîtres de notre destin. Cela suppose aussi que nous ayons le courage de prendre nos responsabilités. J’ai dit l’Union Africaine, si vous voyez avant, l’essentiel du budget est financé par l’Union Européenne. Mais comment voulez-vous dire que vous êtes indépendants si c’est l’extérieur qui vous finance. La main qui donne est au dessus de la main qui reçoit », a-t-il rappelé.

 

« Nous avons pris conscience de cela aussi. A Kigali et à Addis-Abeba, nous avons décidé que chaque pays consacre 0,2% de ses importations au financement de l’Union Africaine. Si nous respectons tout cela, à partir de l’Année prochaine, l’Union Africaine n’aura besoin d’aucune aide extérieure pour son fonctionnement. L’indépendance politique commence d’abord par l’indépendance financière ».

 

«Si nous ne respectons pas notre union, pourquoi voulez-vous que l’extérieur la respecte. Donc nous avons choisi un seul mot d’ordre : «Tirer pleinement profit du dividende démographique pour investir dans la jeunesse. Et nous allons faire en sorte que ça ne soit pas un mot d’ordre vide ».

 

«Quand j’ai dit aux pays francophones coupons le cordon ombilical, ça veut dire que lorsque vous avez le cordon ombilical, vous êtes encore un bébé. Or il faut devenir majeur. Ça veut dire que nous devons agir en tant que pays souverains sur la base des intérêts réciproques. En dehors de cela, il faut que nous défendions nos intérêts, il faut que nous développions nos pays. La population du monde dans les autres continents a vieilli. Voyez la Chine, c’était un enfant, maintenant elle n’est plus un enfant. Alors que nous, nous avons l’avantage inverse. C’est pourquoi nous devons aller très vite. Parce qu’avec la santé, les Africains vivront de plus en plus longtemps. Ça veut dire que progressivement, nous tomberons dans les mêmes problèmes que les pays développés. Voilà les défis que devons relever ».

 

Par Mediaguinee

 

Source : http://www.mediaguinee.net

 

 Media Guinée.Com (Guinée)

 

 

A lire aussi:

 

GUINEE – Abidjan: Cellou Dalein Diallo se frotte aux géants du continent dont le président Ouattara

 

GUINEE – Massacre du 28 septembre : le général Konaté cite Dadis, gal Baldé, KPC, Isto, Bouba Barry, Baïdy, Alpha Ousmane, Bah Oury…

 

GUINEE – Toumba est à Conakry après 7 ans de cavale

 

GUINEE – UFDG: face au très politique Bah Oury, Cellou Dalein a peu de chance de l’emporter…

 

GUINEE – Droit d’accès à l’Information: la Cour Constitutionnelle saisie

Commentaires