CINEMA – Nollywood en fon: du grand n’importe quoi !

 

17952963_1860317347327738_6020645200794576961_n

 

On les voyait venir, nos amis nigérians. Après les DVD piratés des cinématographies américaines et européennes, après les versions falsifiées de leurs propres films, les voilà débarquant au Bénin, sur nos étroits cent-vingt mille kilomètres carrés, avec Nollywood en fon. Des compatriotes, ayant flairé le filon, ont pensé pouvoir régaler le public local avec des longs métrages doublés dans la plus transversale des langues du pays. Et ils n’y vont pas du dos de la cuillère à manioc. Toutes les semaines que Dieu nous offre à vivre, des sorties de DVD permettent aux fonphones de jouir (..?) des dernières productions nollywoodiennes.

 

Mais cette belle initiative, comme celles auxquelles nous ont habituées les Nigérians, se révèlent finalement comme une vaste escroquerie à la fois artistique et technique . Les péchés contre l’esthétique y sont légion: la synchronisation des images et du son est chaotique. Les doublons fons des acteurs nigérians sont calamiteux. Je ne parle même pas des images qui relèvent de l’époque du cinéma muet. Bref, tout pour vous dégoûter de visionner ces productions. Le plus énervant, c’est de voir, sur les pochettes de ces films, des inscriptions censées libellées en fon. Hélas, à la lecture, on se rend compte que c’est tout, sauf la langue de dada Gbêhanzin. Pourtant, il y a mieux à faire avec l’aéropage des techniciens aux compétences éprouvées et des acteurs au jeu époustoufflant qui existent de part et d’autre des frontières des deux pays. Déjà que le charabia infecte des traductions françaises de ces films nous infligeait des toticolis, que dire de ces versions fon, sinon que c’est du grand nimporte quoi ? Belle formule. Mais à repenser entièrement.

 

Florent COUAO-ZOTTI

 

 

 

A lire aussi:

 

MUSIQUE – Iyalat : le groupe Tibesti fait son come-back !

 

BURKINA – Kunde 2017: Dez Altino, Idak Bassavé et Imilo Lechanceux en lice pour l’or

 

JOHN ARCADIUS: « Je n’ai pas disparu…Je vais souvent à l’étranger et je reviens »

Commentaires