Pour le 10 mai, le goût tenace de la chaîne…

 

GANVIE 058

 

Ce n’est pas le goût de la chaîne

 

Qui me peine, qui me lie éternellement à toi.

 

Ce n’est pas l’ombre de ta pensée qui me gangrène,

 

Ni le statut qui me dessine en meuble dans ta loi.

 

Ce n’est pas non plus la lourdeur du ciel

 

Dans l’attente de l’orage sanguin de ma liberté.

 

Ni encore le dépôt amer de ton fiel

 

Sur ma chair, que tu as vendue en toute légèreté.

 

 

Non, c’est l’obstination de ta mémoire, ta capacité

 

A nier ce que la victime et son enfant subissent

 

Devant le soleil brisé en ombre de l’ignominie.

 

C’est la criminelle histoire qui me nomme en débris

 

D’humanité, en objet futile de ton énorme profit.

 

 

Depuis, tu as appris à nier la douleur d’autrui,

Tu as su que nier te permet de briser l’attente

 

Des enfants hagards en mille silences complices.

 

Entre nous s’alourdit le cadenas de l’histoire,

 

Entre nous se tisse le lien de sa brutale mémoire…

 

 

Quant au goût des chaînes, il capte le parfum de la haine,

 

Il est plombé comme les mines de bauxite et de silice.

Il a l’insondable goût du coton et du sucre factice.

 

Le gout de ma chaîne n’est plus le prix de ta peine.

 

Tu peux ignorer ce que tu appelles la noire rengaine

 

Ou le petit fardeau de l’homme blanc. Tu ironises

 

Sur mon cri, tu minimises mes désirs de profundis.

 

 

De Carthagène à l’universelle géhenne,

 

J’appelle les fabricants des chaînes humaines.

Sans autre procès ou mise en quarantaine.

 

Qu’ils entendent les mots graphologues de mes arènes :

 

« Si tu veux te libérer de toi-même, brise tes chaînes,

 

De la fin de l’esclavage jusqu’à ma mémoire indemne ».

 

 

Khal Torabully, écrivain et cinéaste.Khal Torabully, écrivain et cinéaste.

 

 

© Khal Torabully, 10 mai 2017

 

 

 

A lire aussi:

 

FRANCE – Vaulx-en-Velin plébiscite Mélenchon : analyse d’un vote des banlieues aux présidentielles

 

La chronique du blédard : Les surprises d’avril et de mai

 

La chronique de l’économie : C’est l’économie, idiot !

Commentaires