RD CONGO – L’ACCORD EN DANGER : La Majorité présidentielle prépare le référendum

Débarquer les gouverneurs inefficaces et modifier la loi sur la Cour constitutionnelle ne procèdent pas du hasard. Ces deux faits séparés ont quelque chose en commun : justifier le projet de référendum, trouver une rallonge à l’Autorité morale de la MP avec, comme conséquence, la réduction à néant de l’Accord du 31 décembre 2016.

 

950x340-CAR 7019

 

La Majorité présidentielle (MP) multiplie des stratagèmes  pour se maintenir au pouvoir en violation de la Constitution et du Pacte républicain. C’est avec malice que la MP a réussi à obtenir le passage en force de la date du 19 décembre 2016, laquelle marquait la fin du deuxième et dernier mandat du président Kabila. Usant de la ruse, elle a fait porter aux évêques la responsabilité de faire passer cette échéance fatidique en impliquant le Rassemblement aux pourparlers qui devraient conduire à des élections apaisées. Sous la double pression interne et externe, la Majorité a cédé sur tout, s’aménageant de l’espace sur l’arrangement particulier sur la mise en application de  l’accord.

 

La majorité au pouvoir a signé son arrêt de mort le 31 décembre 2016 et la fin de Joseph Kabila à la tête des institutions démocratiques à la fin de cette année 2017. Par la ruse, la MP a pensé avoir berné les opposants, roulé dans la farine les évêques et tourné en bourrique la communauté internationale qui a apporté tout son soutien à la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).  A la MP, les résolutions du Conseil de sécurité et autres déclarations des partenaires ne sont que de fausses notes passagères sur leur musique. La MP est convaincue que rien ne se fera dans le sens de contrarier son projet de confiscation et de conservation du pouvoir par tous les moyens.

 

D’où, l’Accord de la Saint-Sylvestre qui est un acte de décès à terme du régime est sabordé par tous les coups. La majorité au pouvoir pose des actes qui démontrent que, selon elle, l’accord n’est qu’un torchon servant à jeter à la poubelle ou carrément dans un incinérateur. Mais, il reste qu’au bout de la course, il y a l’abîme puis un mur infranchissable. Au final, ce peuple, qui comprend les manœuvres de la MP, finira par retrouver le sourire.

 

Deux fers au feu

 

Deux faits accaparent l’actualité politique en RDC depuis un temps par la volonté de la MP. D’abord, cette initiative tendant à obtenir la réduction des juges de la Cour constitutionnelle afin de ramener le quorum de décision à trois juges proposés par le chef de l’Etat. Puis, une volonté inexpliquée de déchoir en cascade les gouverneurs de province. Le président Kabila et les siens poussent pour que le quorum des sièges à la Cour constitutionnelle soit ramené à 3 juges. En des termes clairs, la majorité souhaiterait que ses désidératas passent comme une lettre à la poste, cela étant assorti de la puissance de la chose jugée couverte par des juges acquis à la cause du pouvoir. La MP a encore en mémoire  l’épisode du refus de siéger de trois juges qui avaient écouté la voix de la raison dans la décision du report de la convocation des scrutins et qui ont également prolongé indûment, selon l’opposition, le bail du président Kabila au Palais de la nation est resté encastré dans la gorge de la MP. Il serait hors de question de revivre pareille situation lorsqu’il sera question de déclarer l’inconstitutionnalité de l’Accord du 31 décembre 2016 et ouvrir grandement la voie au référendum, étape finale qui ferait sauter les verrous qui empêchent l’autorité de la MP de s’assurer une présidence éternelle.

 

Le deuxième fer mis au feu par le chef de l’Etat est le limogeage des gouverneurs de province qui se sont montrés « mous » dans la défense des intérêts de la pérennisation du pouvoir sans passer par les urnes. Tout a commencé par une réunion interinstitutionnelle qui a donné injonction pour que ce jeu de chaises musicales s’opère. Ainsi, les assemblées provinciales totalement acquises à la cause de la MP ont vomi ceux qu’ils avaient eux-mêmes désignés quelques mois auparavant suivant un mot d’ordre de l’autorité morale ! C’est à ne rien comprendre parce que la quasi-totalité des gouverneurs sont de la MP voire du PPRD, le parti du président Kabila.

 

Avec ces deux stratégies, la MP entend ouvrir un autre front après avoir muselé le Rassemblement qui peine à sortir de sa torpeur en optant pour de nouveaux stratagèmes de mise en œuvre de l’A,ccord du 31 décembre 2016 et surtout s’assurer des conditions de transparence, d’équité, de liberté et de participation inclusive aux élections à venir particulièrement la présidentielle. Un hold-up se prépare, la vigilance s’impose.

 

Le Potentiel

 

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – Kabila défie l’ONU

 

RD CONGO – Le gouvernement Tshibala piégé par l’absence de consensus

 

RD CONGO – LES NON-DITS DE LA SIGNATURE DE L’ARRANGEMENT PARTICULIER DU PALAIS DU PEUPLE: Des traîtres trahis

Commentaires