ANGOLA-RDC : Le malaise est profond

Contrairement aux apparences, entre la RDC et son puissant voisin du Sud, le malaise est profond, au-delà du simple principe qui consiste à dire qu'il n'y aurait "pas de fumée sans feu". Le feu couve, n'en déplaise aux dénégations diplomatiques qui sont démenties tout de suite par d'autres déclarations publiques qui étalent des divergences majeures actuellement gérées avec délicatesse mais dont l'issue ne tardera pas de sortir au grand jour.

 

angola-rdc_200_200

Plutôt que de continuer de nier des évidences, les autorités de Kinshasa feraient œuvre utile de suivre les conseils de l’Angola, cet allié stratégique qui invite à la mise en place d’une enquête crédible sur ce qui se passe dans le Kasaï au centre du pays et mais à l’organisation des élections conformément à l’Accord de la Saint-Sylvestre. C’est ce qui ressort de l’entretien que le ministre angolais des Affaires étrangères a eu avec les responsables politiques à l’issue d’un séjour de vingt-quatre heures à Kinshasa.

 

Si l’Angola trouve que les sanctions contre les autorités congolaises sont « précoces », son ministre des Affaires étrangères n’exclut pas pour autant l’idée selon laquelle des sanctions devraient être prises à l’encontre des responsables congolais. Même si l’émissaire angolais confie que s’il s’avère difficile de faire toute la lumière sur les événements du Kasaï, il précise néanmoins que les témoignages des rescapés indiquent qu’il se passe des choses graves. Le gouvernement angolais en veut pour preuve des séquelles que portent de nombreuses victimes qui ont décidé de traverser la frontière pour chercher la sécurité loin de leur pays.

 

L’Angola sur ce point qui le touche directement, n’entend pas tergiverser ou encore faire plaisir aux autorités congolaises dont la mollesse n’est plus à démontrer quant à l’efficacité de la riposte. Déjà plus de 30 000 Congolais ont traversé la frontière dans des conditions les plus déplorables. Et l’hémorragie ne s’arrête pas avec l’afflux d’autres déplacés qui fuient les opérations militaires engagées par les forces armées de la RDC qui sont venues en renfort à la police nationale débordée par la violence imposée par l’offensive des miliciens Kamuina Nsapu. « Je crois qu’il faudrait que le gouvernement puisse dire exactement ce qui se passe. Si le gouvernement n’arrive pas à le dire, je crois que oui, il est important que l’on puisse savoir, parce que les réfugiés nous disent des choses qui ont besoin d’être vérifiées à l’intérieur de la RDC », a déclaré le chef de la diplomatie angolaise.

 

Diplomatiquement, l’Angola pousse la RDC vers la direction voulue par la communauté internationale, à savoir celle de la stabilisation du pays par la tenue d’élections conformément à l’Accord du 31 décembre 2016. Autant l’Angola tolère le gouvernement Tshibala pour ne point être accusé d’ingérence dans les affaires intérieures de la RDC, autant ce voisin militairement puissant estime que la situation est grave et des élections à temps sont la solution, si l’on se conforme à l’Accord de la Saint-Sylvestre conclu fin 2016 entre les protagonistes congolaises. L’Angola lie les violences au Kasaï à une volonté à peine voilée de traîner les pieds dans l’organisation des élections.

 

Ces éléments mis ensemble avec le rôle de shérif conféré à Luanda pour la stabilisation de la région des Grands Lacs, et si l’on y ajoute la dernière déclaration du chef d’état-major de l’armée angolaise démontrent que ceux qui s’obstinent à ne pas comprendre la nouvelle donne ne s’en prendront qu’à eux-mêmes. Et là, il sera trop tard.

 

Le malaise est là. Il est profond ! Rien ne sert à se cacher derrière un doigt pour évider de voir au grand jour la réalité. Le voisin du Sud montre des dents à la RDC. Ce n’est vraiment pas un sourire.

 

Le Potentiel

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – Luanda s’invite dans la crise congolaise

 

RD CONGO – Kabila défie l’ONU

 

RD CONGO – Le gouvernement Tshibala piégé par l’absence de consensus

 

RD CONGO – LES NON-DITS DE LA SIGNATURE DE L’ARRANGEMENT PARTICULIER DU PALAIS DU PEUPLE: Des traîtres trahis

Commentaires