MUSIQUE – Urbain Rinaldo fait danser la poésie

 

unnamed

 

Auteur, Compositeur, Interprète, Arrangeur, Urbain Rinaldo est né en 1965 à Baimbridge en Guadeloupe. Après avoir obtenu son Prix de piano et de musique de chambre au Conservatoire Gabriel Fauré (75005 Paris), il se perfectionne à l’Ecole Normale de Musique de Paris et sort diplômé en piano, histoire de la musique, analyse, harmonie et musique de chambre. Il dédie le reste de son temps à sa deuxième passion la chanson. Il écrit ses propres textes, et met les grands poètes en musique.

 

On peut entendre Verlaine, Hugo, Apollinaire…

 

Il écume les petites salles Parisienne. En 1998, il fait ses premiers pas au Limonaire, petite salle de spectacle, véritable laboratoire artistique, qui permettait à des débutants de côtoyer des grands noms de la chanson à textes : Allain Leprest, Isabelle Aubray, Sapho et bien d’autres.

 

D’autres dates et d’autres lieux s’enchaînent : le petit théâtre de poche de St Etienne, premier succès hors de Paris. Il se produit dans plusieurs festivals tels que : Le Festival Cinéma-muet et Piano-parlant et Le Festival en Cavale (Moulin sur Allier) puis en 2002, « On n’est pas des vedettes » sous le parrainage d’Allain Leprest.

 

En 2003, en vacances en Guadeloupe, de passage à la Librairie Antillaise il découvre « Balles d’or » le recueil du grand poète Marie-Galantais Guy Tirolien. Subjugué par la force mélodique et rythmique du poète Guadeloupéen, il décide de mettre certains poèmes en musique.

 

Il se rend à Marie-Galante et rencontre Mme Thérèse Tirolien. Il lui chante plusieurs poèmes mis en musique par ses soins, elle lui donne son accord. En 2005, il fait la connaissance d’un autre poète de Marie-Galante, Max Rippon. Il met en musique plusieurs de ces poèmes.

 

unnamed (1)

A la suite de ce travail, il est invité en Guadeloupe par les Éditions Jasor pour la parution du recueil de poèmes « Débris de silences » de Max Rippon. Il se produit à l’Université de Fouilole, à la Médiathèque Caraïbe de Basse- Terre et à la Médiathèque du Lamentin

 

En 2010 La collaboration avec Max Rippon a abouti à l’élaboration d’un premier album « Un dimanche de novembre » sur des poèmes extrait de son recueil « Débris de silences »

 

En 2011, Il est invité au salon du livre de Paris et fait la connaissance d’Ernest Pépin qui lui demande de mettre en musique plusieurs de ces poèmes. Ce sera chose faite en 2015 par la sortie de son deuxième album « Paroles à chuchoter » sur des poèmes de Guy Tirolien, Max Rippon et Ernest Pépin.

 

“Urbain Rinaldo est un magicien inspiré. Il a converti mes poèmes en un partage musical rythmé par la nuit de mon « Jardin de nuit » sans pour autant perdre le sens créole de la Guadeloupe. Son CD est un rendez-vous où se mélangent sensibilité et ferveur poétique. C’est pourquoi il est précieux pour le cœur et pour l’oreille.

 

Ernest Pépin

 

Le travail a fait son œuvre, l’expérience s’est installée.

Passé le prélude du piano-voix sur la portée du temps

Confirmée l’étape du trio, mêlant la délicate percussion du djembé

Au frappé subtil du piano

Echos délicats aux poèmes choisis Voici venu le temps de la généreuse plénitude,

Quand le talent se libère et que la musique épouse les mots

En ces maints lieux où ton art s’épanouit

Le public averti et conquis fait chorus à la maturité de ton talent assuré

Je sais pour te remercier que les récompenses sont aux portes de tes rêves.

 

MAX RIPPON Pour ce disque, il sera demi-finaliste du Prix Georges Moustaki 2016.

 

 

S.C.

 

Source: Label TH

 

 

A lire aussi:

 

CINEMA – Nollywood débarque à Paris pour la 5e fois : 5 films en compétition

 

CÔTE D’IVOIRE – Awoulaba : « symbole d’un peuple culturellement uni » reconnu par l’Unesco

 

MUSIQUE – L’artiste burkinabè Bonsa vainqueur de la 11è édition des «Syli d’or de la musique du monde»

 

MUSIQUE – Iyalat : le groupe Tibesti fait son come-back !

Commentaires