BENIN – Le domicile de Léhady Soglo perquisitionné par la police ce samedi matin

 

perquisition-domicile-lehady-soglo-750x430

Le suspens qui a duré toute la soirée d’hier vendredi dans l’affaire de tentative d’arrestation du maire de la municipalité de Cotonou a finalement connu  son épilogue tôt ce samedi. En effet, une horde de policiers ont finalement accédé au domicile du maire où ils ont procédé à une large perquisition du domicile sous grande escorte militaire. Une perquisition qui n’a pas permis de mettre la main sur le maire Lehady Soglo (probablement absent) mais les enquêteurs ont pu ressortir de la maison avec une “mallette” selon des témoins. Pour le moment, la rue du domicile du maire et ses alentours jusqu’au niveau de la plage sont fortement militarisés par un dispositif impressionnant de policiers et de gendarmes. A part les hommes de presse et les hommes en uniforme, aucun mouvement de civile n’est autorisé dans la rue.

 

Arrivés très tôt ce matin sur les lieux, l’ancien président du Bénin (1991-1995) Nicéphore Soglo et le député Rosine Soglo n’ont pas pu accéder au domicile de leur fils Léhady Soglo. Ils ont été empêchés par les policiers qui étaient en pleine opération de perquisition du domicile du maire de Cotonou, suspendu hier de ses fonctions par le gouvernement du Président Talon.

 

Rappelons que quelques heures après avoir été suspendu de ses fonctions de maire de la ville de Cotonou par le ministre de la décentralisation Barnabé Dassigli, Lehady Soglo s’est vu son domicile encerclé par la police. Selon les informations recueillies sur place, ces derniers auraient reçu l’ordre du procureur de la République pour procéder à l’arrestation de ce dernier. Le suspens va durer toute la soirée où les éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs) finiront par faire un repli tactique.

 

 

                                                                                                 Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

                                                                                                                                             A lire aussi:

Commentaires