En attendant le miracle: « Notre Passeport africain qui est à Addis-Abeba…»

 

union-africaine-lance-un-passeport-africain

 

Le 27ème sommet de l’Union africaine (UA) s’est tenu à Kigali au Rwanda du 17 au 18 juillet 2016. A l’occasion, des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de cette organisation continentale se sont illustrés pour la énième fois à travers ce qu’ils savent faire le mieux : l’art du symbolique. Il s’agit, en effet, de la théâtralisation de la naissance du futur Passeport africain. Futur, faut-il le préciser, d’autant plus que le commun des citoyens africains devra attendre encore avant de pouvoir y prétendre.

 

CnkjXZMWgAA9EMC

En remettant les leurs au président en exercice de l’UA, Idriss Déby Itno, et au président du pays hôte, Paul Kagamé, la présidente sortante de la Commission, Nkosazana Dlamini-Zuma, aura présenté aux Africains leur futur Passeport africain, comme son fameux « agenda 2063″. Comme s’il ne fallait que ce passeport-là pour faire tomber toutes les barrières qui divisent les différents pays africains et lever par voie de conséquence les visas qui empêchent les Africains de voyager à l’intérieur de leur continent et parfois même de leur sous-région d’abord. Comme si les Africains n’en avaient pas assez déjà des symboles et des promesses qui ne riment qu’avec des lendemains élastiques. Mais puisque les dirigeants de ce continent obligent leurs gouvernés que sont les peuples d’Afrique à demeurer d’éternels croyants, il va sans dire qu’il faut attendre le miracle du Passeport africain dans la foi la plus inébranlable qui soit. A telle enseigne que l’on peut être tenté de paraphraser la célèbre prière biblique Notre Père en la reprenant en ces termes:

 

Notre Passeport africain qui est à Addis-Abeba,

Que ton nom soit popularisé,

Que ton règne unisse l’Afrique,

Que ta volonté soit faite en Afrique comme partout au monde.

Donne-nous aujourd’hui notre liberté de circuler de ce jour.

Pardonne-nous notre incrédulité,

Comme nous pardonnons aussi à ceux qui croient à l’agenda 2063.

Et ne nous soumets pas à l’impatience,

Mais délivre-nous de ton attente.

 

Sacré Union africaine !

 

Combien d’années faudra-t-il encore attendre pour un passeport ? Et que dire alors de l’unité des Etats et des peuples du continent ? A défaut de devenir une réalité, elle restera toujours un mythe, pour continuer à faire rêver les Africains. Un proverbe bien africain ne dit-il pas ceci : « Qui possède un pilon n’utilise pas ses dents ». Les Africains d’aujourd’hui sont à l’image de tous les peuples du monde actuel. Ils n’ont plus la passion des sempiternels palabres et du temps perdu qui ne revient jamais. Et ils ne sont pas plus naïfs que les autres, contrairement à ce que pensent ceux qui les gouvernent. Dont acte !

 

 

Par Marcus Boni Teiga

 

 

A lire aussi:

 

 

LUTTE TRADITIONNELLE – Le bel exemple du Sénégal à toute l’Afrique

 

Le mandat présidentiel unique en question au Bénin

 

AFRIQUE – Ce « terrorisme électoral » qui ne dit pas son nom

 

AFRIQUE ET DIASPORA – A quand l’« Internationale panafricaniste » ?

 

DEMOCRATIE ET GOUVERNANCE – Le bel exemple africain qui nous vient du Burkina Faso

 

Cette Afrique-là…

 

Jeunes africains, engagez-vous…en politique !

 

Courrier des Afriques a un an déjà …!

 

De la Renaissance africaine…

 

Quand l’Afrique se réveillera…

 

Comme Barack Obama, n’ayons pas peur du mot « Nègre » !

 

Qui a dit qu’on a les dirigeants qu’on mérite ?

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>