DIPLOMATIE DU QATAR / FOOTBALL – Géopolitique et opération de communication : achat et vente d’un joueur nommé Neymar

 

le-transfert-de-neymar-fait-grincer-des-dents_207457

 

L’information principale de la journée du 2 août 2017 est le transfert ou plutôt la vente du joueur brésilien Neymar à l’équipe parisienne Paris Saint-Germain (PSG). Au-delà de son transfert, aussi banal – un joueur quitte une équipe pour une autre, c’est le montant qui a donné le tournis à plus d’une personne: 222 millions €. Ce montant dépasse les budgets de plusieurs pays du Sud. Le transfert fut l’objet de débats sur les supports d’information alors que le fait que l’humanité soit entrée en crédit le même jour a été sinon marginal, du moins sans importance dans les journaux d’information ou de la désinformation. En effet la valeur de l’information a beaucoup changé dans notre société de consommation. Les supports d’information et de manipulation se soucient plus d’une transaction ou d’un sale jeu, que de quelque chose de plus inquiétant comme le changement climatique. L’ordre du jour des médias, imposé par leurs actionnaires financiers, impose les intérêts des groupes dominants contre les préoccupations sociales de la majorité. On a parlé de record dans les transferts de joueurs dans les clubs de football. Quel record ! Le dernier était de 105 millions €, soit plus deux fois moins.

 

Est-ce vraiment une information sérieuse, intéressante pour le public ou la mise en scène d’un sale jeu du football professionnel ? Les clubs de football sont des entreprises qui cherchent des profits pour leurs propriétaires, qui sont des particuliers ou des institutions ou des Etats. Une entreprise se spécialise dans la production et/ou la vente des produits et services, il y a des travailleurs, des dirigeants.es et des actionnaires. Un club de football fonctionne de la même façon ; les joueurs sont à la fois ses travailleurs et ses produits. Mais ils constituent aussi un support de leurs publicités et celles d’autres marques. Et dans ce sens, il n’est pas surprenant que le prix payé pour le transfert de l’ancien joueur du FC Barcelone maintenant au PSG soit très élevé. Tout travailleur cherche à améliorer ses bénéfices. Un travailleur d’une entreprise peut décider de tenter son futur dans un autre de son propre gré ou par la décision de la direction de la société, suite par exemple à une réduction des effectifs. Mais dans le cas d’un joueur, on parle d’un transfert, qui doit remplir un contrat, celui du joueur désireux de partir et le club, qui l’embauche. Les joueurs célèbres sont toujours des proies des grands clubs. Neymar est l’un d’entre eux. Des clubs comme le Real Madrid, Manchester United et sans doute d’autres, avaient mis leurs yeux sur lui. Comment résister à la tentation d’embaucher l’un du trio de Barcelone, (Leo Messi, Luis Suarez et Neymar) du club catalan, même si la saison dernière le club n’ait pas atteint la finale de la Champions Ligue et n’a pas remporté la ligue espagnole de football.

 

Alves-696x465

 

Les médias n’ont sans doute pas assez bien expliqué au grand public, effrayé par le montant versé par le PSG, les dessous d’un tel transfert. Comme dans n’importe quel contrat, le joueur a des obligations contractuelles. On ne peut oublier la liberté du joueur, qui peut toujours dénoncer le contrat. Pourtant, en dépit de ce qu’il a gagné au FC. Barcelone, Neymar ne pouvait pas payer le montant de son transfert. Pourquoi le recours à cette option libératoire? Le but du paiement du montant libératoire, c’est-à-dire qui le libère de son club, est d’embaucher le joueur sans passer par une longue négociation avec les dirigeants de son club d’origine. Les clubs poursuivent des intérêts multiples qui leur octroient des gains financiers, mais cette manœuvre ne se traduit pas par des résultats forcément positifs des différentes compétitions auxquelles participe le club. Le club français Paris Saint-Germain est une société «qatarie» depuis plusieurs années. Grâce à l’appui financier de divers groupes de cet émirat du Golfe, il a pu embaucher de bons joueurs, venant d’autres ligues de football professionnel d’Europe. Avec un budget conséquent, qui rivalise avec ceux d’autres clubs, le PSG s’est hissé à un niveau qu’il n’a jamais atteint dans la Champions Ligue.

 

Mais on peut se poser la question suivante : qu’est-ce que la désinformation médiatique et la manipulation de l’information ont caché ? Ce sont d’une part le salaire de Neymar, déboursé par le PSG: 30 millions € par an. C’est le salaire annuel de 3.333 personnes qui ont un salaire de 750,00 €. Le salaire minimum interprofessionnel en Espagne en 2017  est de 707,7€ par mois, et d’autre part une opération de communication du Qatar par un transfert record d’un joueur. Ce pays arabe a investi non seulement dans l’achat des palais et des maisons de luxe en Europe et en France en particulier, mais aussi dans les sports. Aussi surprenant soit-il, l’équipe de handball qatari est constitué par des joueurs étrangers. Le PSG constitue une vitrine pour son image dans le monde. Mais c’est une image, qui cache la corruption et les pratiques de l’esclavage de son marché du travail. Cependant, dans le contexte actuel de tension, les 222 millions € pourraient servir à la société qatarie pour faire face à l’embargo décrété par son géant voisin, l’Arabie Saoudite et surtout de se préparer à une invasion militaire de ce dangereux voisin. Dans ses positions au niveau international et régional, le Qatar a marqué ses différences avec les politiques de ses voisins. Avec ses investissements dans le monde du sport, ce petit émirat détourne le regard sur ses activités souterraines. Et avec des moyens d’information (radios, télévisions et sites web) soumis à la spéculation financière, la situation dramatique des travailleurs étrangers dans l’émirat ne constitue pas une information d’importance. A contrario, le sensationnel avec le transfert d’un joueur est important.

 

Si le PSG a gagné, en vendant des t-shirts au nom de Neymar, d’autres institutions ont aussi déjà tiré leur épingle du jeu en termes financiers : le fisc français notamment. La fraude continuera dans le monde du football professionnel… tant qu’il n’y aura pas une volonté politique de lutter contre la fraude fiscale institutionnalisée en Occident.

 

Avec des discours confus et une manipulation de l’esprit des lecteurs et autres supporteurs, qui ne pensent plus, on a oublié l’existence d’une figure ancienne : l’esclave dans la société moderne. Depuis son apparition sur la terre, l’être humain a passé différentes époques ; il y avait une évolution, qui a culminé par les idées intellectuelles et politique intellectuellement du siècle des Lumières. Quelles lumières? Et pour qui? Dans une société capitaliste, il n’y a pas de lumière ; tout est soumis à l’argent, même la dignité. On vit dans une certaine obscurité, voulue et imposée par le capitalisme sauvage, qui détruit l’avenir de l’humanité à feu doux.

 

A mieux y regarder, c’est indécent de payer un joueur qui donne des coups de pied à un ballon plus qu’un médecin qui sauve des vies humaines, qu’un professeur qui enseigne pour lutter contre l’ignorance, qu’un scientifique qui fait des recherches pour améliorer les conditions de vie de toute l’humanité.

 

Mohamed Abdilahi Bahdon

 

 

A lire aussi:

 

DROIT INTERNATIONAL/RELATION INTERNATIONALE : L’affreuse imposture de l’Occident

 

CÔTE D’IVOIRE – L’émergence, c’est d’abord la Paix et la Justice

 

Guillaume Soro veut-il se retrouver à la CPI ?

 

Commentaires