GABON – Lettre ouverte à la présidente de l’UFPDG, Madame Annie Chrystel Limbourg Iwenga

 

PDG(14)

 

Madame la Présidente de l’Union des Femmes du Parti Démocratique Gabonais,

 

Chère Camarade,

 

J’ai l’honneur de venir très respectueusement auprès de votre éminente personnalité pour remercier chaleureusement à travers vous, le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ali Bongo Ondimba, Président de la République Gabonaise, pour les diverses interventions dans ma sphère privée et professionnelle afin de m’accorder un quotidien plus juste et plus sécurisé, bien qu’il me semble qu’en tant qu’observatrice affirmée de l’actualité et militante pro-développement, le changement de mentalité dans notre société est un processus urgent, nécessaire, progressif, parfois sectoriel ; Comme dans plusieurs régions géographiques (Maiduguri, Bagdad, Soweto, le Nord-Kivu…), il est inutile de chercher à faire bonne impression. Je me remets doucement des événements perturbants qui ont intenté à mon épanouissement et demeure persuadée que le meilleur est encore possible pour la Gabonaise.

 

DISTINGUE CAMARADE

 

Par ailleurs, je voudrais féliciter le Distingué Camarade pour la tenue, sans ruse, du dialogue politique et la formation nouvelle du gouvernement en place, qui rehausse l’image conciliante du Gabon à l’international par sa capacité à échanger et à débattre de sujets qui préoccupent nos concitoyens et qui rassemblent au mieux, loin des mensonges politiciens, toutes les sensibilités politiques. Les efforts démocratiques opérés confortent l’élection, face à Monsieur Jean Ping et les autres candidats, du Chef de l’Etat en sa qualité de dirigeant aux fins de conduire le Gabon, épris de paix, vers des lendemains que nous désirons tous, dénués d’amertume, prometteurs et enthousiasmants jusqu’à l’horizon 2025.

 

C’est fort de ce constat que j’interpelle les plus hautes autorités sur la situation sécuritaire dans le reste du monde, principalement en Afrique. Que pourrait valoir notre paix nationale si le continent africain est en proie à la guerre ? Cette hypocrisie doit cesser.

 

La Centrafrique, le nord du Cameroun, la Libye, le Burkina Faso, le Mali (…), les amis du Gabon, nos partenaires économiques ont besoin de nous. La nation gabonaise doit répondre présente massivement aux appels de la communauté internationale pur mettre un terme aux assauts des terroristes car aujourd’hui, ce sont nos voisins, demain cela peut être nous.

 

Difficile sera la décennie de la femme dans une Afrique ensanglantée, déstabilisée, sans le soutien des mouvements dynamiques de nos sœurs africaines.

Il faut faire valoir la force des bras des fils ainsi que des filles de ce pays afin qu’à la lumière du monde, le Gabon s’illustre comme un pays CONSCIENT, vaillant et capable !

 

Quelques 5000 soldats gabonais formés ou à enrôler (rapidement) pourraient aider les forces onusiennes déjà positionnées dans le Sahel en proie à une barbarie islamiste violente ! Des équipes médicales de femmes gabonaises pourraient également se rendre sur le terrain pour assister nos troupes car sur le plan sanitaire bien souvent, les cellules sur place sont débordées. Certains reporters locaux pourraient être mandatés pour rapporter au public le formidable travail qui est effectué et il y a matière à développer la question…

 

Madame la Présidente de l’UFPDG,

 

Je laisse à votre appréciation avisée le soin de juger de la qualité de ce courrier pour que vous en défendiez l’âme auprès de qui de droit. C’est avec mon cœur que j’ai exprimé ma gratitude, ma solidarité et mon espoir en un renouveau gabono-africain pour le respect de la dignité humaine et la restauration d’une Afrique stable et agréable à vivre.

 

Que l’unité nationale au sein du Parti Démocratique Gabonais soit le fer de lance des générations futures ! Et que le Tout-Puissant bénisse Notre Distingué Camarade, le Président de la République !

 

Madame Elvire Békallé                        

Essayiste-Poétesse                             

Lauréate du Prix Haut Ogooué au Concours National                             

« Les Poèmes de l’Indépendance » des Editions Amaya 2015

 

 

A lire aussi:

 

TCHAD – La fête de l’indépendance a-t-elle une valeur ?

 

BENIN – Fête de l’indépendance : les petits meurtres de nos espérances.

 

Le racisme antinoir et l’apathie de nos leaders politiques

 

Guillaume Soro veut-il se retrouver à la CPI ?

Commentaires