GUINEE – Une Task Force Interministérielle «Mines et Revenus» mise en place

 

Mines

 

Le secteur extractif guinéen enregistre la mise en place d’un nouvel  outil de gestion des revenus. C’est la Task Force Interministériel «Mines et Revenus», une plateforme impliquant les administrations de trois ministères clefs du gouvernement à savoir les ministères en charge des Mines et de la Géologie, de l’Economie et des Finances, et celui du Budget.

 

Les chefs des trois départements, devant leurs cadres respectifs et les partenaires au développement, ont procédé hier mercredi  16 Août 2017, à la signature des termes de référence de ladite plateforme.

 

Cette initiative vise à améliorer considérablement la coordination efficace et un échange d’informations entre les ministères des Mines et de la Géologie, de l’Economie et des Finances et du Budget. Le tout, pour un meilleur suivi des recettes issues des activités extractives afin de mobiliser, accroître  et sécuriser les recettes de l’Etat.

 

Près d’une vingtaine de structures issues des trois ministères concernés, parmi lesquels figurent la Direction Nationale des impôts, la BCRG et la Brigade anti-fraude des matières précieuses, prennent part à cette plateforme.

 

Les partenaires technique et financier, qui travaillent sur la sécurisation des revenus du secteur extractif, à savoir la BAD, la Banque Mondiale, le FMI, la GIZ, l’ONG NRGI et l’Union européenne,  en sont des membres observateurs.

 

Parmi les constats qui ont prévalu à la mise en place de cette initiative novatrice, le Ministre des Mines et de la Géologie cite l’insuffisance de collaboration entre les différentes institutions nationales impliquées dans la détermination et le recouvrement des revenus du secteur extractif. «C’est pourquoi nous avons ensemble décidé qu’il était nécessaire que nous formalisions cette coopération pour que nous ayons un cadre commun d’actions communes pour pouvoir être en mesures d’atteindre nos objectifs de recouvrement des revenus miniers», a expliqué Abdoulaye Magassouba.

 

Tour à tour, Maladho Kaba et Mohamed Lamine Doumbouya, respectivement ministres de l’Economie et des Finances et du Budget, n’ont pas manqué de saluer la mise en place de cette plateforme.

 

Selon nos informations, la Task Force Interministériel «Mines et Revenus» va aider à éviter l’incohérence, les contradictions dans la mobilisation et la sécurisation des recettes fiscales devant servir de moyens financiers pour réaliser des projets d’investissements dans le cadre du Plan national de Développement Economique et Social. A noter que cette cérémonie a eu lieu dans la salle de conférence du ministère des Mines et de la Géologie. C’est là d’ailleurs que les membres de cette plateforme se retrouveront désormais pour leurs travaux.

 

Par Mediaguinee

 

 

Source : http://www.mediaguinee.net

 

 Media Guinée.Com (Guinée)

 

 

 

A lire aussi:

 

COOPERATION – AVENIR DU CACAO : De grandes décisions prises à Bruxelles

 

BENIN – Le capitalisme de copinage étouffe le pays

Commentaires

  1. Le , Bahdon Mohamed Abdillahi a dit :

    L’efficacité de nos structures administratives est un objectif louable pour tout gouvernement. Depuis les indépendances, il y a eu des réformes de ces structures, mais les résultats ont été décevants tant en ce qui concerne leur gestion quotidienne comme les relations entre elles.
    Comme le droit constitutionnel, marqué par le fait du prince, s’il n’y a pas une pratique satisfaisante, on ne peut avoir des structures dont leur fonctionnement conduit à des résultats positifs pour la société, non pas par celles et ceux qui la contrôlent un moment donné.
    Les mots et les expressions constituent plus une publicité qu’un nouvel objectif, qui se traduira en une réalité observable par l’opinion nationale. Pourquoi associer ce qu’on a faussement appelé les partenaires du développement? Quand est-ce qu’on va comprendre que ces institutions ne participent pas à notre développement, à notre bohneur? On ne peut pas oublier que le FMI et la Banque Mondiale représentent les intérêts de ex colonisateurs, que ce sont des sociétés anonymes pour ces pays. A travers elles, les pays du Sud financent la richesse des actionnaires de ces sociétés, l’Occident et l’Asie capitalistes.
    Le recours à l’expression Task Force Interministérielle me rappelle l’expression utilisée par le gouvernement Macron pour la lutte contre le terrorisme. La multiplication d’organes dans des secteurs importants de la vie politique et sociale comme l’économie et la sécurité n’est pas un gage de résultat. En multpliant les organes on crée des tensions personnelles de petits chefs.
    Ne faut-il pas changer nos manières de travailler et d’avoir la conscience claire de servir un peuple, de construire un pays non un monde idéal qui tourne autour d’un groupe de personnes. Les institutions financières internationales vont favoriser les intérêts des pays qui les contrôlent. En imposant des politiques comme le libéralisme, qui favorise en fait le contrôle des économies nationales par des groupes industriels et financiers du Nord, elles participent au détournement de nos ressources et nous placent dans l’endettement et l’indépendance de l’autre.