MUSIQUE – Tiken Jah Fakoly « 3ème dose » : Non à la dictature !

Connu pour ses textes engagés et ses positions en faveur de la paix en Afrique, la star ivoirienne du Reggae a enflammé la scène Toro du Casa Festival grâce à ses tubes et des reprises classiques du Reggae. Avec son dernier album « 3e dose », l’artiste interpelle à la jeunesse africaine à renoncer aux manipulations des hommes politiques.

 

Tiken-Jah-Fakoly-1-360x220

Vous avez toujours dit que « la musique servait à éveiller les consciences ». Le reggae, selon vous, c’est le genre musical qui s’y prête le mieux ?

 

Oui, bien sûr. Quand j’ai écouté Bob Marley et Burning Spear pour la 1ère fois et tous chanteurs jamaïcains et qui parlaient d’esclavage, de colonisation, ça m’a de suite réveillée. Avant, quand j’étais à l’école primaire, je pensais que c’était normal qu’on ait été esclavagisé, mais quand Bob Marley dit que ce n’est pas normal, là, tu commences à voir les choses autrement. Le Reggae m’a justement apporté ce réveil-là, celui de la conscientisation par rapport au continent sur lequel je vis et de l’importance de l’Afrique.

 

Vous croyez que l’éducation est la clé pour la jeunesse africaine ?

 

La majorité de la population en Afrique ne sait ni lire ni écrire et n’a jamais été à l’école. Et c’est pour cette raison que je mets l’accent sur l’éducation, mon association « Un conseil, une école » a pour but de construire des écoles dans les pays africains, notre rêve c’est d’en construire une dans chaque pays africain. L’idée, c’est de montrer l’importance de l’éducation, parce que quand la majorité des Africains saura lire et écrire, il y aura un changement. Le peuple réveillé ne votera plus pour des T-Shirts ni pour une personne issue de la même région ou la même religion que lui. La population éduquée votera selon les programmes proposés par les candidats !

 

Vous avez toujours milité contre les systèmes corrompus en Afrique.

 

Je pense que la corruption met l’Afrique en retard. Car tous les fonds qui doivent aller dans les caisses de l’Etat et qui vont lui permettre d’accomplir des choses, iront dans la corruption. Et même ceux qui gèrent ces fonds-là ne sont pas forcément clairs. Le Reggae a toujours combattu la corruption, depuis Bob Marley.

 

Vous dénoncez aussi l’hypocrisie de l’Occident envers les pays africains ? Et l’oppression du système de « Babylone » ?

 

Et surtout Babylone qui fabrique les armes et qui servent à tuer. L’Occident règne par la division car au même où on se bat entre nous, il profite pour piller nos richesses. Et c’est pourquoi on souhaite que le continent se réveille, parce qu’une fois que les peuples auront compris cela, on se battra pour nos intérêts. Et comme l’Occident défend son intérêt, il faut que l’Afrique défende le sien ! Il faut que nous soyons unis. L’Afrique est un continent très riche composé de 54 pays, si un jour, on représente un seul bloc uni, on pèsera surement dans la balance. L’unité dont je parle ne serait pas concrétisée maintenant mais il est important d’en parler, pour que les générations futures puissent venir concrétiser et récolter ce qu’on a semé.

 

« 3ème dose » dénonce l’attitude des dirigeants africains à vouloir faire un 3e mandat

 

Le Maroc justement vient de réintégrer l’Union Africaine. Qu’en pensez-vous ?

 

C’est une bonne nouvelle parce que le Maroc, c’est l’Afrique. Vous savez, pour l’Afrique noire, le Maroc, c’est un pays qui avance, et donc un modèle de réussite qui a un rôle de leadership très important dans la région. Il faut qu’il y ait une tête qui fédère. Aujourd’hui, le Maroc a de bons rapports avec plusieurs pays africains (Mali, Guinée…), il investit beaucoup en Côte d’Ivoire… Aucun pays africain ne gagnera seul et je pense que les Marocains ont compris qu’il faut travailler avec les autres et c’est ça qui va faire leur force.

 

Que pensez-vous de la situation actuelle en Côte d’Ivoire ?

 

Elle est critique, on n’a pas réussi la réconciliation, les Ivoiriens sont divisés. J’espère qu’il y aura moins de dégâts lors des prochaines élections (2020) et que les Ivoiriens ne vont pas voter pas pour une ethnie, ni pour une religion ou pour quelqu’un qui vient de la même région, mais qu’ils vont voter pour la personne qui aura un vrai programme. La guerre des successions a déjà commencé, on est très inquiets. J’espère que les Ivoiriens ne vont pas se battre entre eux à cause des hommes politiques parce qu’on a vécu la même chose auparavant. On a besoin de paix parce que la Côte d’Ivoire est un pays très riche, un pays moteur pour l’Afrique et c’est important que cette partie de l’Afrique soit en paix.

 

En 30 ans de carrière, vous avez toujours milité pour une Afrique meilleure, pour la paix… Vous n’avez jamais baissé les bras ?

 

Non, parce j’y crois. Je suis un Africain optimiste. Nous jouons notre part du combat et c’est très important pour faire bouger les choses. C’est vrai qu’il y a encore du racisme aux USA, mais c’est moins que ce qu’il y avait avant le combat de Martin Luther King, Malcom X…Si un président noir est arrivé à la maison blanche, c’est le résultat de combats de ces gens-là, car leurs luttes ont permis aux mentalités d’évoluer. Je crois en ce continent, l’un des plus riches au monde et on ne peut pas être riche et pauvre ! L’Afrique est riche mais ne bénéficie pas des retombées de cette richesse parce que les Africains sont divisés, et à cause de l’instabilité aussi…et donc, je milite pour planter la bonne graine, l’arroser et puis laisser les générations futures cueillir le fruit. Je ne verrais jamais le résultat du combat que je mène, c-à-dire, l’unité, la stabilité, …Cela dit, je ne suis jamais fatigué parce que j’y crois.

 

Quel genre de style musical vous affectionnez particulièrement, à part le Reggae ?

 

J’écoute beaucoup de musique malienne, guinéenne parce que je suis d’origine mandingue. Je suis ouvert à tous les styles musicaux, je peux écouter de la musique américaine, j’aime le Rap africain car son message (justice, égalité…) est plus proche de celui du Reggae. J’aime les sénégalais « Fou Malade », «  Didier Awadi » et le malien « Master Soumy ».

 

Votre album « Racines » regroupe des reprises des grands tubes de Reggae. C’est un peu un retour aux sources ?

 

A travers cet album, je voulais d’abord rendre homme à l’âge d’or du Reggae, la plupart de ces chansons (de Bob Marley, de Burning Sprear, Max Romeo, …) ont révélé le Reggae au monde entier. Puis, je voulais prouver qu’il y a un lien entre le Reggae et la musique africaine, parce que quand vous vous rajoutez au Reggae de la Kora, du N’goni malien ou des instruments traditionnels mandingues et que ça sonne bien, ça veut dire qu’il y a un lien. D’ailleurs, les Jamaïcains se sont toujours réclamés de l’Afrique. Donc, l’origine du Reggae c’est l’Afrique !

 

Des projets ?

 

Je viens de sortir mon dernier album « 3ème dose » : 4 titres (‘’3ème Dose’’, ‘’Tu m’as tué’’, ‘’Politiqui’’ et un instrumental) pour dire non à la dictature et dénoncer l’attitude des dirigeants africains à vouloir faire un 3e mandat. Sinon, je pars en tournée en Allemagne, au Portugal et au Canada. En 2018, je vais sortir un album avec des sons purement reggae. Les gens m’ont reproché de ne pas faire du reggae pur, roots alors que j’essayais d’ouvrir la musique même à ceux qui n’aimaient pas le Reggae parce que le message que contient ma musique mérite d’être connu par beaucoup de monde. Mon prochain album va être du reggae roots mais toujours avec des instruments traditionnels africains. Avec bien sûr des messages politiques car nous sommes dans un processus de démocratisation et de développement, il faut des messages engagés pour continuer à éveiller les consciences !

 

Par kawtar Firdaous

                                                                                  Source: http://lobservateurdumaroc.info

 

L’Observateur du Maroc et d’Afrique

 

Commentaires