NIGER – De Zaman lahiya à tankata feri…l’ANDP se déchire…

 

DjermakoyeetMayaki

 

Le parti du consensus vit-il ses dernières heures ? Moussa Moumouni Djermakoye a-t-il définitivement tué la poule aux œufs d’or qui lui a permis d’être ce qu’il est aujourd’hui ? Ces questions méritent d’être posées aujourd’hui, après les sorties médiatiques de certains ténors du parti, qui reprochent à leur nonchalant président d’être le tueur silencieux d’un parti qu’il a acquis gracieusement, tout simplement par ce qu’il était le frère du père fondateur.

 

De 4ème force politique nigérienne aux lendemains de la Conférence nationale souveraine, l’ANDP est devenue aujourd’hui, un minuscule parti politique insignifiant, présent uniquement à Dosso et dans quelques villages isolés de Maradi et Tillabéri. Le grand parti national tant rêvé par Moumouni Djermakoye Adamou est mort, définitivement mort.

Il a été enterré par Dan Dijé qui a imposé un illustre inconnu, (qui n’a jamais milité au sein du parti) à la tête de cette formation politique, tout simplement par ce que le hasard a fait qu’il s’appelle aussi Moumouni Djermakoye. Et depuis lors, c’est la descente aux enfers.

 

Tous les vrais militants et cadres du parti qui ne chantent pas les louanges de sa célébrissime Moussa sont humiliés, éjectés du parti et piétinés. Les autres sont obligés de se la fermer et de danser la danse du ventre pour la gloire de Moussa 1er.

 

 

De guerre lasse et pour mettre fin à la descente aux enfers amorcée, un jeune Député du parti, en l’occurrence Salifou Mayaki a tiré la première sonnette d’alarme dans un post largement diffusé sur les réseaux sociaux.

 

Il a demandé, sans passer par quatre chemins, au président du Parti Moussa Moumouni Djermakoye de quitter la tête du navire dans les honneurs avant qu’il ne soit débarqué.

En effet, pour Mayaki, le parti va mal, très mal. Il exhorte les uns et les autres à se mobiliser pour redynamiser le parti.

 

L’ancien Ministre Ali Seini Gado va dans le même sens et tous accusent le directoire du parti d’être le responsable de la déconfiture de Zaman lahiya. La dernière salve vient du Député ANDP de Maradi, Sani Amadou qui s’insurge contre la marginalisation de sa section et l’injustice lors des nominations. Pour le moment, Moussa Moumouni Djermakoye qui n’est pas un homme qui accepte la contradiction, observe et garde un mutisme de cobra.

Sa réaction, de l’avis de ceux qui le connaissent, risque d’être foudroyante. A moins, qu’il ne fasse petit pour une fois et accepte de débattre démocratiquement de tous les maux qui minent l’ANDP Zaman Lahiya. Car, ce parti, ne le perdons pas de vue a été le chantre du consensus sur le plan national.

 

 

Feu Moumouni Djermakoye Adamou a toujours privilégié le dialogue et la concertation pour résoudre les différents.

 

 

Si hier, ce parti savait si bien faire faire cette politique, pourquoi pas aujourd’hui ? et surtout pourquoi pas à son sein ?

 

Namalka Bozari

 

Source :http://www.tamtaminfo.com

 

Tam Tam Info (Niger)

 

A lire aussi:

 

CRISE DES MIGRANTS – SOMMET DE PARIS : Hot spot ou mission de protection, appui de l’administration française sur le terrain africain

 

La malhonnêteté, une tare aux antipodes de la citoyenneté

 

BENIN – NIGER : Vers la mise en place d’un oléoduc reliant les bassins pétroliers du Niger au port de Cotonou

Commentaires