RD CONGO – Le Rassemblement dit non au 3ème dialogue

L’idée d’un 3ème dialogue n’est pas à l’ordre du Rassemblement. Et il ne le sera sans doute jamais, a indiqué Félix Tshisekedi, son président, dans une mise au point rendue publique le jeudi 14 septembre 2017. Selon lui, la seule et l’unique priorité reste et demeure la tenue de la présidentielle en décembre 2017, comme prévu dans l’Accord politique du 31 décembre 2016.

 

car 7119_200_200

Si le projet d’un troisième dialogue domine les conversations dans différents cercles politiques, au siège du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, à la 12ème rue, l’option n’est pas à l’ordre du jour. Ces nouvelles négociations ne figurent pas dans l’agenda du Rassemblement, a indiqué son président, Félix Tshisekedi, dans un communiqué signé le jeudi 14 septembre 2017.

 

Bien rangé derrière le duo Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement ne pense pas se dédire et reste « attaché sa feuille de route adopté à l’issue de son 2èmeconclave et à ses nombreuses prises de position subséquentes ».

Si dans les rangs de la Majorité présidentielle, l’idée d’un 3ème dialogue semble faire du chemin, au sein du Rassemblement, le projet est jugé non recevable. A cet effet, le Rassemblement dit « ignorer tout de l’organisation et de la tenue d’un troisième dialogue ».

 

Le Rassemblement considère qu’en sabordant l’Accord politique du 31 décembre 2016, « Joseph Kabila a délibérément bloqué le processus électoral ». Par conséquent, le Rassemblement note, dans sa mise au point, que « Joseph Kabila a renoncé et donc perdu la légitimité que seul cet accord lui conférait ». « Derechef, poursuit-il, il ne peut en aucune manière se prévaloir de la qualité de président de la République démocratique du Congo ».

 

En se détournant de l’Accord du 31 décembre 2016, le Rassemblement note que le président Kabila « s’est lui-même disqualifié ». « Il n’est dès lors plus un interlocuteur crédible. Il est un problème intégral », souligne dans des termes clairs le Rassemblement.

Toujours est-il que « le Rassemblement, qui place au premier plan l’intérêt supérieur du peuple et non celui d’un individu ou d’un groupe d’individus, continue résolument à jouer la carte de l’Accord de la Saint-Sylvestre qui exige la tenue d’élections crédibles avant la fin de cette année ».

 

Il faut dire que cette mise au point du Rassemblement vient taire toutes les rumeurs à propos d’un éventuel 3ème dialogue. En tout cas, pour l’aile dure de l’Opposition, le sujet n’est pas à l’ordre du jour. Selon lui, seul compte à ce jour la tenue, dans les termes convenus dans l’Accord du 31 décembre, d’élections en décembre 2017.

 

A trois mois de cette échéance, l’on s’attend à des jours fortement agités. Comme en 2016, la RDC est une fois de plus dans l’œil de cyclone, plongé dans la psychose de décembre 2017. Le Rassemblement ayant fermé la porte à tout dialogue, c’est désormais l’incertitude qui plane.

De quoi sera fait le lendemain de décembre 2017 ? C’est tout le problème. Pour autant que la Céni a déjà donné les preuves qu’elle ne sera jamais en mesure d’organiser ne serait-ce que la présidentielle en décembre 2017.

 

Pour l’instant néanmoins, le Rassemblement considère que l’échéance de décembre 2017 ne sera plus négociable comme l’a été celle du 19 décembre 2016 à la suite de l’ultime intervention de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo).

 

Doit-on dès lors, craindre une probable confrontation MP – Rassemblement ? L’hypothèse n’est pas exclue. L’on sait d’ores et déjà qu’après le 30 septembre 2017, date prévue pour la convocation du corps électoral en vue de la présidentielle de décembre 2017, le Rassemblement a promis de multiplier d’ardeur pour faire plier la majorité au pouvoir. En revanche, la MP, à travers ses propagandistes, ne cesse de brandir la répression à toute manifestation de l’Opposition au motif qu’il s’agirait de trouble à l’ordre public. Et pourtant, constatent beaucoup d’observateurs avertis, les partis politiques et autres organisations membres de la MP ne sont jamais inquiétés lorsqu’ils se déploient dans les rues ou sur des places publiques.

 

Katumbi invite le peuple à rejeter la distraction de la MP

 

Contacté au téléphone depuis Washington, l’opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle, qualifie de distraction l’idée d’un troisième dialogue. Selon lui, il s’agit des manœuvres dilatoires que ne cesse de multiplier la majorité au pouvoir aux fins de gagner du temps et prolonger le bail du président Joseph Kabila à la tête de la RDC. S’agissant des attaques orchestrées contre lui dans les médias occidentaux procéderaient de la pure masturbation qui ne peut convaincre personne au pays tout comme à l’étranger. Aussi l’ancien gouverneur du Katanga demande-t-il au peuple congolais de rester vigilant et de se tenir prêt à se prendre en charge le moment venu pour obtenir l’alternance au sommet de l’Etat.

 

L’on doit donc s’attendre à de chaudes empoignades dans les mois qui suivent. Sindika Dokolo, initiateur du Manifeste du citoyen congolais mais également farouche opposant au président Kabila, l’a d’ailleurs souligné dans l’un de ses derniers tweets, rappelant que le sort du président Kabila se jouera entre septembre et décembre 2017. En l’absence d’un éventuel dialogue – option unanimement rejetée par le Rassemblement – on ne sait pas dire avec exactitude comment l’opposition et la majorité au pouvoir, deux protagonistes invétérés, vont régler leur différend.

 

Sans doute, en dernier ressort, le peuple congolais sera bien obligé de dicter sa loi. Lui seul sait de quel côté se trouve tracée la voie qui mène vers son bonheur. Son bien-être devrait cesser d’être un vœu pieux pour devenir une réalité à laquelle il aspire en sa qualité de souverain primaire.

En attendant, la République démocratique du Congo, tel un navire ivre, navigue à vue. Tout peut donc arriver.

 

Le Potentiel

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – ASSASSINAT DE DEUX EXPERTS DE L’ONU : L’ONU exige des explications de Kinshasa

 

RD CONGO – Des dirigeants sur la shortlist de la CPI

 

RD CONGO – Le Rassemblement en ordre de bataille pour les élections de fin 2017

Commentaires