RD CONGO – TRANSITION SANS KABILA : Dr Mukwege, candidat de l’Occident

L’idée d’une transition sans le président Kabila a apparemment séduit l’Occident. Soutenu à bout de bras par la Suède puis par l’UE, le projet a trouvé un écho favorable aux USA. Pour diriger cette transition et conduire le pays vers les élections très attendues, le dévolu est jeté sur le Dr Denis Mukwege, médecin-directeur de l’Hôpital général de Panzi, surnommé aussi « réparateur des femmes violées ».

 

Dr Denis Mukwege

C’est Félix Tshisekedi, président du Rassemblement des forces politiques et sociales qui a été le premier à se lancer sur cette voie. Interviewé sur les antennes de RFI, ce haut cadre de l’UDPS a lancé l’idée d’une transition sans Kabila, évoquant la possibilité pour les forces vives de la nation de se mettre d’accord autour d’une « personnalité consensuelle » de grand renom pour conduire la nouvelle transition en vue de baliser la voie vers la tenue de prochaines élections.

 

Dans son interview, Félix Tshisekedi n’a pas fait mention d’un nom, laissant le choix aux forces politiques et sociales de la RDC de se mettre d’accord autour d’une personnalité capable de remplir cette mission.

 

Si en RDC, le projet n’a pas suscité une large adhésion, dans les grandes capitales occidentales, le projet a trouvé du répondant. Sous le manteau, un nom circule déjà. De Stockholm à Washington, en passant par Bruxelles et Paris, le célèbre médecin-directeur de Panzi, Dr Mukwege est en bonne position. En effet, l’Occident voit en cette personnalité qui a glané différents prix et mérites à différentes échelles une précieuse pièce de rechange pour donner la chance à la RDC de vivre enfin la première alternance de son histoire par la voie des urnes.

 

De passage à Paris (France) en début de ce mois de septembre, le Dr Mukwege a participé au Global Positive Forum, une manifestation initiée par le très célèbre économiste français Jacques Attali. Au cours de ces assises, les débats ont tourné essentiellement autour de « la création d’un monde meilleur ». Mais, en aparté, le dossier de la RDC, pays plongé dans une profonde crise politique par le fait de la non-tenue d’élections dans les délais constitutionnels, a été le principal sujet de conversations.

 

Press Conference: Launch of the five-city V-Day "Turning Pain to Power" tour, in support of UNICEF and V-Day's joint campaign to expose the devastating impact of rape on Congolese women. Speakers: Ms. Ann M. Veneman, UNICEF Executive Director; Ms. Eve Ensler, Playwright and Founder of V-Day; and Dr. Denis Mukwege, Director and Founder of Panzi General Referral Hospital and winner of the United Nations Prize in the Field of Human Rights for 2008.

L’idée d’une transition sans Kabila, a mis en vedette Denis Mukwege. Séduit, l’Occident, y travaille sérieusement. Raison pour laquelle, plusieurs capitales occidentales approchent de plus en plus le « réparateur des femmes » pour mieux le cerner. Selon Jeune Afrique qui a épluché dans l’entourage du Mukwege, ce dernier se tiendrait prêt à faire face à toute éventualité, si jamais son expertise était sollicitée pour tracer la voie à l’alternance dans son pays, la RDC. « Il rêve de conduire son pays vers des élections », a repris Jeune Afrique, s’appuyant sur les révélations de son entourage.

 

Comme au Burkina Faso

 

En réalité, l’Occident veut repiquer en RDC le schéma réussi qui a permis une transition en douceur au Burkina Faso, après la chute précipitée du président Compaoré. Au pays de Sankara, c’est sur Michel Kafando que l’Occident avait jeté son dévolu. Largement porté par l’Occident, celui-ci a réussi à mener le Burkina Faso vers des élections libres et démocratiques, sans nourrir des ambitions de se lancer dans la course à la présidentielle.

 

De la même manière, l’Occident, sous la poussée de la Suède, des Etats-Unis et de l’Union européenne, compte réalise le projet d’une transition sans Joseph Kabila en misant sur une personnalité neutre, jouissant d’une grande crédibilité au niveau international.  Pour le moment, le portrait-robot de l’Occident correspond bien au Dr Dénis Mukwege. Dans les grandes capitales occidentales, le projet en train d’être muri. On y travaille sérieusement.

 

Mais, pour y arriver, il y a des obstacles à franchir,  dont la plus difficile est de faire adhérer le président Kabila à ce schéma. Acceptera-t-il de se faire harakiri ? C’est peu probable. Jouissant d’une puissante machine politique, militaire et sécuritaire, le président Kabila pourrait bien être tenté d’opter pour la résistance. Que lui réserve alors l’Occident ? On n’en sait pas grand-chose.

 

Toujours est-il que dans les milieux occidentaux, le Dr Dénis Mukwege est le candidat idéal qui pourrait bien combler le vide pour assurer une transition sans Kabila. Autrement dit, l’option évoquée sur les antennes de RFI par Félix Tshisekedi a captivé l’attention de grandes instances décisionnelles mondiales. Des Nations Unies jusqu’à l’Union européenne, on en parle à plus haut niveau.

 

En soif de démocratie, le peuple n’attend plus que l’ultime délivrance pour faire sauter tous les verrous qui obstruent la voie qui mène à la tenue d’élections libres et véritablement démocratiques.

 

Le Potentiel

 

Source : http://www.lepotentielonline.com

 

Le Potentiel (RD Congo)

 

 

A lire aussi:

 

RD CONGO – ASSASSINAT DE DEUX EXPERTS DE L’ONU : L’ONU exige des explications de Kinshasa

 

RD CONGO – Des dirigeants sur la shortlist de la CPI

 

RD CONGO – Le Rassemblement en ordre de bataille pour les élections de fin 2017

Commentaires