BENIN – COPINAGE HOUNGBEDJI-TALON : les dessous de la non-actualisation de la Lépi

 

Adrien Houngbédji et Patrice Talon

 

La loi n°2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin prévoit en son article 219, la mise en place d’un Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) le 1er juillet de chaque année pour entre autres, avant le 31 janvier de l’année suivante pour, entre autres, la correction et la mise à jour du fichier électoral du Bénin. Mais cette disposition de la loi serait mise sous le boisseau par le législateur avec la bénédiction du Chef de l’État Patrice Talon.

 

La non-actualisation de la Lépi, ceci en violation du code électoral en République du Bénin, n’est donc pas un fait isolé. Elle serait le fruit du copinage entre le président de l’Assemblée Nationale, Adrien Houngbédji et le Président Talon. Des informations recueillies des sources bien introduites au parlement, l’actualisation du fichier électoral serait bloquée par Adrien Houngbédji à la conférence des présidents de l’Assemblée nationale comme l’aurait souhaité le Chef de l’État.

 

En effet, selon le règlement qui régit le fonctionnement du parlement béninois, la Conférence des Présidents donne un avis sur l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée Nationale proposé par son Président. Mais depuis juin 2017, Adrien Houngbédji n’a jamais songé inscrire à l’ordre des sessions parlementaires, l’actualisation du fichier électoral, alors qu’il en avait les prérogatives.

Composée de 20 membres dont sept (07) membres du bureau de l’Assemblée nationale, cinq (05) présidents de commissions parlementaires et huit (08) présidents des groupes parlementaires, la conférence des présidents de l’Assemblée nationale béninoise apparait donc comme la caisse de résonance du pouvoir Talon.

 

La minorité parlementaire, représentée à la conférence des présidents par les présidents de groupes parlementaires Issa Salifou Saley et Garba Yaya, est alors impuissante face cette dictature de la majorité parlementaire aux ordres du régime Talon. De l’avis de certains acteurs politiques, cette entente entre le Chef de l’État et le Président du parlement pour la non-actualisation de la Lépi constitue un « grand danger » pour la démocratie béninoise.

 

Rappelons que la non-actualisation de la Lépi fait penser, à tort ou à raison, à certains acteurs de société civile et de la classe politique béninoise que le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) initié par le gouvernement Talon servirait de base de données pour la confession de la liste électorale pour les prochaines élections dans le pays.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – REMANIEMENT MINISTERIEL : que comprendre du décret de nomination de Pascal Irénée Koupaki ?

 

BENIN – À OBASANJO : “Si la cour du mouton est sale, il ne revient pas au porc de lui en donner la leçon”dixit Vlavonou

 

BENIN – VICTOR TOPANOU : Gbadamassi est mandaté pour annoncer le 2è mandat de Talon

 

Commentaires