La chronique du blédard : Une indécente propagande…

 

Akram Belkaïd

 

La diffusion, il y a quelques jours, d’images atroces par la télévision nationale est d’abord une grave faute journalistique. Avant même d’aborder l’implication politique de ce dérapage, il y a donc cet aspect éthique à évoquer. Diffuser de telles séquences, c’est attenter à la mémoire des victimes. Cela va à l’encontre d’un large consensus au sein de la profession. La règle est simple et claire : on ne montre pas les images de cadavres et encore moins celles d’enfants dépecés. On ne se l’interdit pas à cause de la censure ou parce qu’il faut rendre service à des gouvernements qui cherchent à cacher l’ampleur des violences (on pense notamment aux networks américains face à la guerre en Irak). On le fait par respect de la personne humaine. Cette retenue est le fruit d’une longue réflexion, et de débats récurrents, au sein de nombre de médias. Et il y a quelque chose de désespérant à noter que les chaines arabes, dont Al-Jazeera, sont les seules à faire (encore) exception.

 

Voilà pour l’éthique. Parlons maintenant politique car il ne fait nul doute que ce « document » n’est rien d’autre qu’une œuvre de propagande. Il est d’ailleurs intéressant de relever que personne n’a été dupe. Ni les partis politiques ni les citoyens lambda qui ont donné libre-cours à leur colère et à leur indignation sur internet et ses réseaux sociaux. Une œuvre de propagande, donc, à la gloire du système mais aussi une mise en garde. « Nous ou le chaos (de nouveau) », tel est le message quasi-explicite qui a été délivré. Ce n’est pas une nouveauté. L’astuce est usée jusqu’à la corde. Depuis les printemps arabes en 2011, le discours est le même. Les situations en Syrie, en Libye et même au Yémen mettent en exergue la « stabilité » de l’Algérie. Donc, la logique est claire : le peuple ne doit pas bouger. S’il le fait. S’il conteste et revendique, c’est qu’il introduit la fitna (discorde) et devient le relais de la fameuse « main de l’étranger ». La démocratie ? L’alternance ? La nécessité de rebâtir une cohésion politique et sociale entre gouvernants et gouvernés ? Des produits de luxe. Comme en 1962, en 1965, en 1979 ou en 1992, ce n’est pas encore le moment. Récurrence de la force, du qallouze (le gourdin) et au « vous n’êtes pas encore digne de la démocratie ».

 

Le constat est pourtant simple. L’Algérie est en situation d’échec. Le bilan des deux dernières décennies est à l’image de l’autoroute qui traverse le pays et dont on dénonce régulièrement les malfaçons et le surcoût. Même si l’on cherche quelques thèmes de satisfaction, on est bien en peine d’en trouver. Le bien-être artificiel procuré par le gaspillage de la rente pétrolière – oui, les Algériens ont « mangé et bu » leurs hydrocarbures – est en train de se dissiper. Que restera-il de cette gabegie ? Rien, ou presque. Education, santé, diversification économique, infrastructures de transport ferroviaire, gestion des ressources financières extérieures. Où est l’avancée ? Le grand bond en avant ? Que d’occasions et d’argent gâchés.

 

Comme toujours, de petits malins ont tiré leur épingle du jeu. En public, ils défendent âprement le système, accusent ceux qui sont partis de ne pas savoir de quoi ils parlent et mettent en garde ceux qui sont restés contre leur ingratitude. En privé, ils confient leurs craintes et commencent, on ne sait jamais, à endosser l’habit d’opposants de l’intérieur. Ce n’est pas encore la débandade mais ça y ressemble. Le documentaire en question est aussi un rappel à l’ordre qui leur est destiné. Il s’agit de resserrer les rangs et de ne pas oublier la main qui a permis que l’on se nourrisse (grassement).

 

Le retour à la paix civile fut le fruit d’un processus de négociations entamées dès 1994. Et s’il est vrai que les violences ont cessé de manière importante après la première élection d’Abdelaziz Bouteflika en 1999, une telle étape ne peut être mise au crédit d’un seul homme. De plus, et il faut insister là-dessus, on est en droit de critiquer ce processus de concorde nationale qui a balayé d’un revers toute idée de justice transitionnelle. Les peuples vivent très mal avec les non-dits et les blessures mal-soignées. Recouvrir le puits avec son couvercle est la pire des choses à faire. Partout dans le monde, nous avons l’exemple de sociétés qui ont pu surmonter (en partie) de tels traumatismes grâce à la recherche de la vérité d’abord puis du dialogue et du pardon ensuite. Ce pardon, ne peut être décrété par le haut. On ne prive pas les victimes – toutes les victimes à commencer par les parents de disparus que l’on continue de bastonner – de la vérité. On n’évoque pas une « amnistie générale » en sachant pertinemment que les braises rougeoient encore sous les cendres. Ou bien alors, on décide de manière délibérée de préparer d’autres peines à venir, d’autres souffrances et cassures.

 

Certains mauvais élèves encaissent sans broncher la proclamation de leurs notes catastrophiques. D’autres, se cherchent des excuses pour camoufler leur paresse ou leur incapacité. Et puis, il y a ceux optent pour la mauvaise foi et qui accusent l’enseignant de leur en vouloir, de les « saboter ». On pense à cela quand on prend la mesure du déni du réel dans lequel vivent les dirigeants algériens et ceux qui relayent avec une docilité empressée leurs discours autosatisfaits.

 

Akram Belkaïd, Paris

 

Source: http://www.lequotidien-oran.com

 

Le Quotidien d’Oran (Algérie)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Le capitalisme de copinage étouffe le pays

 

MALI / DECRYPTAGE – Ras Bath : revenu pour manger ses oncles ?

 

DIPLOMATIE DU QATAR / FOOTBALL – Géopolitique et opération de communication : achat et vente d’un joueur nommé Neymar

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *