NIGER – Quelle alternative à la hausse des prix du courant électrique ?

 

La hausse du prix de la distribution du courant électrique qui frappe les entreprises risquerait de créer une véritable inflation ? En cherchant à sauver une entreprise qui souffre de la mauvaise gestion, les économistes qui ont suggéré cette mesure pour sauver la Nigelec se sont mal inspirés.

 

La Nigelec est une société d’État qui jouissait du monopole de la vente du courant électrique et de certaines subventions de l’État, depuis plusieurs années. Malgré les différents avantages dont la Nigelec a bénéficié, cette dernière s’est illustrée dans la destruction du tissu économique nigérien à travers ses coupures intempestives de l’énergie électrique qui ont causé d’énormes pertes aux entreprises nigériennes et aux ménages.

 

Les dégâts économiques causés par la Nigelec sont incalculables. Le mauvais choix stratégique de la centrale thermique de Gorou Banda, illustre bien cette triste réalité. La restauration d’un système rationnel et rigoureux de gestion au niveau de cette société d’Etat aurait dû permettre à cette société de jouer son véritable rôle de catalyseur de la relance économique.

 

Faute d’une telle recette, de système de gestion optimum, la libéralisation de la vente du courant électrique pourrait pallier à la défaillance notoire de la Nigelec et permettre ainsi à l’économie nigérienne prise en otage par cette dernière, de prospérer. Dans beaucoup des pays qui pratiquent l’économie libérale ou la planification incitative, des mesures d’accompagnement sont prévues à l’égard des entreprises, pour les encourager dans leurs missions de création de la richesse et de l’emploi.

 

En effet, le tarif préférentiel devrait être accordé aux entreprises publiques et privées, afin de les permettre de pratiquer des prix accessibles aux ménages à revenus moyens , d’être beaucoup plus compétitives et productrices de beaucoup de richesse. Par contre la mesure tendant à augmenter les tarifs du courant électrique consommé par les entreprises dans leurs activités économiques risquerait de provoquer l’effet contraire à celui escompté.

 

Les conséquences de cette mesure vont engendrer une hausse des prix des produits de premières nécessités d’une part d’autre part de créer d’autres difficultés à certaines entreprises qui produisent certains produits qui ne sont pas de premières nécessités. Car la demande de ces derniers va significativement baisser du fait des coûts élevés que ces hausses des prix du courant électrique et du carburant, vont engendrer.

 

En cherchant donc à sauver une entreprise qui s’est distinguée dans la mauvaise gestion de ses ressources, est-ce que l’Etat ne risquerait pas d’étouffer le peu des entreprises qui se portent bien et qui peinent à payer les impôts, autres taxes et impôts par anticipation ? La solution aux effets néfastes de cette conjoncture économique internationale, serait d’approcher le secteur informel, le sensibiliser, en vue de le rendre formel. En effet, beaucoup des opérateurs économiques exercent dans le secteur informel, pratiquent le trafic d’influence, brassent des milliards qui échappent au fisc.

 

Les entreprises formelles sont seules aujourd’hui à supporter l’élargissement de l’assiette fiscale, les informelles qui excellent dans la concurrence déloyale ne participent pas à l’effort national en s’acquittant correctement de leurs impôts. Les tarifs préférentiels du courant électrique et du carburant, qui pourraient être accordés aux entreprises, si la mesure est bien encadrée , pourrait permettre de mieux supporter les effets néfastes de cette conjoncture économique internationale, par contre la hausse des prix de la distribution du courant électrique risquerait de créer une inflation difficile à maitriser.

 

L’élargissement de l’assiette fiscale n’est pas une mauvaise mesure mais l’impôt devrait être utilisé en tant qu’ un instrument de justice sociale et de la répartition équitable de la richesse nationale. Les acteurs du secteur informel devraient être approchés et sensibilisés afin qu’ils participent à l’effort du développement économique national. Voilà pour le moment, très rapidement et de manière très ramassée ce que suscite comme réaction de notre part, cette hausse des prix de la vente du courant électrique dans ce cher pays.

                                                                                                                                    Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

                                                                                                 Source :http://www.tamtaminfo.com

 

Tam Tam Info (Niger)

 

 

A lire aussi:

 

CORRIDOR FERROVIAIRE – SAMUEL DOSSOU : « Je suis techniquement et économiquement prêt »

 

DISCRIMINATION : Les femmes africaines en conclave au Maroc

 

CONGO – FMI : L’heure de vérité a sonné

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *