TOGO – Kpalimé, à la découverte des splendeurs naturelles

A deux heures de route, sur une centaine de kilomètres, la ville de Kpalimé située dans la région des Plateaux et dans la préfecture de Kloto, constitue avec les villages environnants, une région de splendeurs naturelles.

 

La ville de Kpalimé.La ville de Kpalimé.


Du pied de la colline, cette ancienne ville du Togo de taille moyenne s’étend sur un relief accidenté avec ses bâtisses d’époque, ses rues piétonnes d’asphalte ou de latérite, ses terrains verdoyants qui séparent les habitations par endroits, et tout ce qui la rend sympathique, voire captivante. Pour le visiteur, aller à pied à travers la ville est la façon la mieux indiquée de la découvrir. Mis à part le marché qui s’anime le mardi et le samedi et qui attirent beaucoup de monde des localités voisines, le Collège d’enseignement artistique (CEAA), la splendide et imposante cathédrale sont des lieux dignes d’intérêts, entre autres.

 

En me promenant à travers les rues et les ruelles, je me rends compte que manifestement, la médecine traditionnelle a pignon sur rue ici. Comme l’indique d’ailleurs cette clinique des plantes miraculeuses et bien d’autres dont les enseignes ne passent pas inaperçues. Les unes aussi alléchantes et attirantes que les autres. Pareillement, le foisonnement des églises montre que c’est un haut lieu de la chrétienté, qu’importe la chapelle. Pour une ville de sa dimension, le nombre impressionnant de réceptifs touristiques qu’elle concentre rappelle qu’elle est le carrefour touristique de la région : Auberge Aurore, Auberge Amato, Motel la Détente, Auberge Beau Rêve, Hôtel Agbaviade, Hôtel JPines, Grand Hôtel du 30 Août, etc.

 

L’hôtel le Cristal passe pour le plus imposant de la ville en matière d’hébergement. Et juste en face se trouve la boîte de nuit L’Impérial Night Club. J’ai passé quelques heures dans cette dernière boîte de nuit très fréquentée par les jeunes de Kpalimé et des environs. Et même par ces temps de vaches maigres, elle ne désemplit pas. Si je n’avais pas fait Kpalimé by night, j’aurais raté quelque chose. Etonnant, le monde qu’on peut voir dans les rues les week-ends, et particulièrement dans certains bars qui ont le vent en poupe et où il est parfois difficile de trouver un siège quand on ne s’y prend pas tôt. Pourtant, dans la journée, on chercherait la moitié de ce monde, en vain.

Kpalimé Photo 2

En quittant Kpalimé, je rencontre Yasmina, une touriste australienne en partance pour Kloto. La réputation du campement et du centre artisanal de Kloto fait de cette localité un passage incontournable pour les touristes qui débarquent dans la région des Plateaux. Fondé en 1967, le Centre artisanal de Kloto offre en guise de produits des sculptures sur bois, de la poterie, des batiks et macramé en même temps qu’il dispense une formation à des jeunes apprentis. Quant au campement de Kloto, il demeure un lieu idéal pour tous ceux qui sont en quête de repos ou de méditation, tant il est une retraite montagneuse. Autour de Kpalimé, il y a également le Pic d’Agou où l’on peut contempler le plus haut sommet du Togo, les paysages luxuriants et pittoresques de Badou et les chutes d’Akrowa, une merveilleuse cascade haute de 100 mètres (300 pieds).

Kpalimé Photo

Il est loisible de constater que Kpalimé et toute sa région alentour bénéficie d’un microclimat particulièrement doux, favorable à la détente et au repos. Du reste, toute la zone est toujours verdoyante même en saison sèche. Et la fraîcheur de la végétation le dispute à la chaleur humaine de ses habitants. Circuler à Kpalimé est la chose la plus facile, car les taxis-motos y sont omniprésents. Il en est de même lors qu’il s’agit de relier Lomé, la capitale du Togo, ou une autre ville. Des bus et des voitures de toutes marques assurent le transport interurbain de nuit comme de jour. C’est au moyen d’une de ses occasions que j’effectue le voyage-retour à Lomé, à la suite de mon escapade dans la région des Plateaux.

 

Par Jean Kebayo

 

 

 

A lire aussi:

 

KENYA – A Nairobi, la vie sauvage au pied des gratte-ciel

 

CENTRAFRIQUE – Jours tranquilles et dépaysement à Bangui, qu’ils sont loin maintenant…

 

TOGO – Contre mauvaise fortune sociopolitique, Lomé fait bonne mine

 

GUYANE – Bienvenue dans le Parc amazonien, au cœur de la Guyane

 

GUINEE BISSAU – L’archipel où les femmes sont reines

 

BENIN – La Pendjari, un éden béninois

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *