CÔTE D’IVOIRE – Stéphane Kipré et Dédy Séry aux 10 ans de l’UNG : ne pas abandonner le combat de Gbagbo

L’apothéose de la commémoration éclatée des 10 ans de l'Union des nouvelles générations (UNG) a eu lieu samedi 11 novembre 2017 à Abidjan, en l’absence de son président Stéphane Kipré en exil depuis 2011 en France.

 

 

Stéphane Kipré qui s’adressait à ses militants par vidéoconférence a confié que ces  festivités  constituaient pour son parti, un test de démonstration de sa capacité de mobilisation. Un pari qui, selon lui a été réussi. Il s’est dit malheureux de ne pouvoir être parmi les siens pour ce énième anniversaire.

 

« Je  suis obligé de m’adresser à vous via les nouvelles technologies. Car contraint à l’exil par ceux qui ont accédé aux pouvoir par les armes. Six ans après, le pouvoir Ouattara continue d’être animé par la même haine viscérale. Incapable de trouver de vraies solutions politiques, il continue de s’adonner à des accusations fallacieuses, grotesques de déstabilisation (…) Le peuple de Côte d’Ivoire debout comme un seul homme, conduira inéluctablement  ce pouvoir moribond à sa dernière demeure en 2020. Nous n’avons pas le droit de décevoir les Ivoiriens. Nous avons le  devoir de mettre fin  à cette forfaiture  en cour dans notre pays. (…) Notre position actuelle nous oblige à plus de responsabilité. Nous n’avons pas le droit de nous reposer et de rester dans l’autosatisfaction », a-t-il affirmé.

 

« Gbagbo n’a pas dit de croiser les bras »

 

Le professeur Dedy Séry, représentant Aboudramane Sangaré a argué que « c’est parce que Stéphane Kipré et Damana Pickass mènent le combat de Laurent Gbagbo  que les autorités ivoiriennes leur ont attribué les toutes dernières attaques de commissariats d’Abidjan. Malheureusement pour les forces irrationnelles qui  confondent  capacité politique et malveillance politique ; mensonge et communication, la police nationale vient de blanchir les mis en cause ». Le professeur de sociologie  a appelé les Ivoiriens à ne pas oublier le Président Gbagbo, qui selon lui, a promis d’aller jusqu’au bout. « Retenons surtout qu’il n’a pas dit qu’il fallait croiser les bras après la mise à nu du complot international ourdi contre lui et la Côte d’Ivoire », a-t-il rappelé.

 

Hilaire Gueby

 

 

Source : http://www.afrikipresse.fr

 

Afriki Presse

 

 

 

A lire aussi:

 

CÔTE D’IVOIRE – OUATTARA-SORO : qui va craquer et n’aura pas pu tenir la langue, ni le secret de la conversation du 3 novembre 2017 ?

 

CÔTE D’IVOIRE – Depuis Niamey, les vérités de Ouattara sur ses relations avec Soro et le cas Soul To Soul-Côte d’Ivoire

 

CÔTE D’IVOIRE – Avant Mediapart et Fanny Pigeaud, James Cenach avait tout dit sur les lacunes de la Cpi face à Gbagbo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *