Une nouvelle façon d’investir en Haïti

 

On n’est pas sans savoir que l’investissement dans un pays donné constitue le fer de lance des activités économiques les plus importantes pour les dirigeants de ce pays, vu son impact sur la création de l’emploi direct pour les citoyens de ce pays. Si les membres de la diaspora ont souvent recours à des amis, des parents pour créer une petite entreprise en Haïti, selon les membres d’une délégation provenant de différentes institutions commerciales d’Haïti qui était dans nos murs cette semaine, une nouvelle stratégie a été mise en place en vue de faciliter l’investissement chez nous.

 

Sous le leadership de Saurel Quettan, qui est l’actuel président de la Chambre de commerce d’Atlanta, Georgia, de concert avec le consulat haïtien, une délégation des représentants des institutions telles que: la CFI, USAID, AmCham, et l’ambassade des États-Unis (section commerciale) en Haïti, a présenté à plus d’une vingtaine d’entrepreneurs qui étaient au rendez-vous,  un synopsis des avantages commerciaux dont les membres de la diaspora peuvent en être les bénéficiaires s’ils choisissent d’investir chez nous.

 

La nouvelle stratégie, selon eux, consiste à se distancier de l’aide économique des pays étrangers pour laisser la place à l’investissement commercial par les Haïtiens de la diaspora et les ressortissants des pays étrangers. D’après M. Cross, qui est l’un des responsables de la section économique de l’ambassade des États-Unis en Haïti, il n’existe plus, à proprement parler, de l’aide économique en Haïti. Et de ce fait il faut un nouveau modèle économique pour qu’Haïti puisse aller de l’avant. Selon lui, cela doit se faire aux moyens des investissements directs de la diaspora à Haïti.

 

Donc, pour que ce nouveau modèle d’investissement puisse réussir, il faut que les protagonistes apprennent à utiliser, à bon escient, les outils dont disposent certaines institutions comme par exemple : CFI, USAID, etc. Plus question de passer par des membres de la famille ou amis pour ouvrir une entreprise en Haïti, a fait savoir M. Cross. Selon une enquête qui a été menée auprès d’un groupe d’Haïtiens, ce qui est prioritaire pour eux, c’est le travail, non la corruption, l’insécurite… Si les jeunes Haitiens de 25 ans arrivent à trouver du travail, on ne va pas les trouver dans les manifestations à travers les rues de Port-au-Prince. Si la diaspora continue à créer du travail en investissant dans les petites et moyennes entreprises en Haïti, le pays connaîtra un meilleur futur», a-t-il ajouté.

 

Régine René-Labrousse, la présidente de AmCham, en prenant la parole, a mis l’emphase sur l’importance du secteur commercial privé en Haïti. Ce secteur, malgré qu’il soit l’objet d’une mauvaise presse la plupart du temps, est très dynamique dans le pays, à son avis. D’après elle, être le propriétaire d’une entreprise en Haïti revêt une grande responsabilité. Car, à côté de la rentabilité de leur entreprise, ils ont toute une communauté à leur actif. Pour corroborer ses déclarations, elle a mentionné à titre d’exemples les noms de certaines entreprises comme la compagnie de notre bière nationale, Prestige, la Digicel, et certaines autres qui arrivent à s’implanter au sein de la communauté haitïenne à travers leurs supports.

 

Voilà, en résumé, comment le passage de cette délégation composés de 4 responsables de certaines institutions commerciales en Haïti s’est déroulé :

Allan Cross (Ambassade des États-Unis en Haïti-Secteur commercial), Régine René-Labrousse (AmCham), Tessa Jacques (CFI), et Isaac Michel (USAID). Une courte visite pour motiver les Haïtiens vivant en diaspora à voir en Haïti un pays d’opportunités malgré la mauvaise presse internationale qui affluble Haïti de tous les maux.

 

Dugue Dumond, MBA

Attaché de presse de GAHCCI

Directeur de Radio Cosmopolite

dugue.dumond@gm

 

 

Source : lenouvelliste.com

 

Le Nouvelliste (Haïti)

 

 

A lire aussi:

 

HAÏTI – Le jeune président Moïse rend visite à la centenaire Odette Roy Fombrun

 

HAÏTI – ÉCLIPSE SOLAIRE : lundi, ne regardez pas le soleil

 

HAÏTI – Antonio Rodrigue désenfle une polémique, évoque des dossiers chauds pour nos ressortissants

Commentaires