VENTE DE MIGRANTS EN LIBYE : le Président Issoufou Mahamadou tape du poing sur la table

 

 

« La vente aux enchères de migrants comme esclaves en Libye m’indigne profondément. J’en appelle aux autorités libyennes et aux organisations internationales, afin que tout soit mis en oeuvre pour que cesse cette pratique d’un autre âge, que nous croyions à jamais révolue ». Ainsi s’exprimait le Président de la République du Niger après avoir visionné le reportage de CNN sur le sort des migrants en Libye.

 

Face à ce crime odieux et abject, le Président nigérien Issoufou Mahamadou ne s’est pas arrêté à une simple indignation, il a demandé au Président ivoirien, hôte du sommet Union Africaine – Union-Européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan, à ce que le sujet soit mis à l’ordre du jour de cette rencontre.

 

Le ministre nigérien des Affaires étrangères, Ibrahim Yacouba a indiqué que « Le Président du Niger a demandé que cette question soit inscrite à la prochaine réunion UE-UA à Abidjan. Il nous a instruit de rester mobilisés, en lien avec tous les pays africains».

 

Le Chef de l’Etat nigérien a instruit le ministre nigérien des Affaires étrangères, Ibrahim Yacouba pour convoquer l’Ambassadeur de Libye au Niger et lui faire part vivement de l’indignation du Niger sur la vente des migrants africains en Libye, de cesser immédiatement cette ignominie et de traduire les auteurs devant la justice.

 

Cette question de traitement, inhumain et dégradant des êtres humains a suscité un tollé général un peu partout en Afrique.

 

En effet, outre le Président Mahamadou Issoufou, qui avait déjà avertit la communauté internationale sur le risque de dislocation de la Libye, le Président en exercice de l’Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, et plusieurs sommités africaines ont aussi fait part de leur indignation.

 

Le Président Alpha Condé « exprime son indignation face au commerce abject de migrants qui prévaut en ce moment en Libye et condamne fermement cette pratique d’un autre âge », selon un communiqué de la présidence guinéenne. L’UA « invite instamment les autorités libyennes à ouvrir une enquête, situer les responsabilités et traduire devant la justice les personnes incriminées » et « à revoir les conditions de détention des migrants », poursuit le texte.

 

La traite d’êtres humains aujourd’hui ne peut pas laisser indifférent, un homme profondément humain, comme Issoufou Mahamadou qui, toute sa vie durant, s’est battu pour la valorisation de l’homme. C’est ainsi que comme à son habitude, il s’est spontanément mis devant pour affronter les esclavagistes de tous poils et amener la communauté internationale à tout faire pour réinstaurer la paix en Libye.

 

Il l’a dit et répété, tant que la paix et la sécurité ne seront pas réinstallées en Libye, ce pays frère et ami, des atrocités continueront et les hordes des narco terroristes prospéreront. Il faut donc y mettre fin. Comme il l‘a d’ailleurs souligné :

 

« Les pays du Sahel et du bassın du lac Tchad ne connaitront la paix et la sécurité que lorsque la Libye retrouvera sa stabilité. La déstabilisation de la Libye est la cause principale de l’insécurité qui menace la stabilité de ces pays et la quiétude de leurs populations ».

 

La question de migration ne doit donc plus être traitée par la simple fermeture des frontières de l’Occident ou la reconduite aux frontières ; elle doit être traitée de façon globale.

Mieux, le Président Issoufou Mahamadou a indiqué lors du Sommet humanitaire d’Istambul : « Il nous faut mettre en œuvre des politiques de développement visant à réduire les inégalités et à procurer des emplois et des revenus aux plus pauvres avec une attention particulière aux jeunes Il faut aussi se pencher sur la gouvernance mondıale tant sur le plan polıtıque que sur le plan économique.

 

La gouvernance mondıale actuelle n’est nı juste nı équitable et elle engendre des frustrations socıales et des déséquilibres de développement entre les Etats ».

 

Namalka Bozari

 

 

Source :http://www.tamtaminfo.com

 

Tam Tam Info (Niger)

 

 

A lire aussi:

 

CORRIDOR FERROVIAIRE – SAMUEL DOSSOU : « Je suis techniquement et économiquement prêt »

 

DISCRIMINATION : Les femmes africaines en conclave au Maroc

 

CONGO – FMI : L’heure de vérité a sonné

Commentaires