BENIN – « la cupidité, la peur… ont transformé l’espace politique en désert de conviction »

 

 

En compagnie des militantes de son parti le 02 décembre dernier lors de l’installation officielle de la coordination Zou des femmes de l’Espoir, l’ancien ministre délégué auprès de Patrice Talon chargé de la défense nationale n’a pas fait de concession dans ces critiques envers le régime Talon dont il a été l’un de ceux qui ont contribué à son avènement. Dur et parfois acerbes dans le choix des mots, Candide Azannai n’a jamais montré autant ses griffes contre contre le gouvernement de la Rupture depuis sa démission en mars dernier.

 

De la politique de la ruse et de la rage , de la situation sociopolitique du pays en passant par les mises en accusations du régime de certains citoyens pour fait de corruption,  des marchés de gré à gré, du Ravip et bien d’autres, Candide Azannai a passé au peigne fin, la gestion du gouvernement au travers d’exemple clé, dans un langage bien cousu dont il a le secret.

 

Actuellement dans notre Pays, la cupidité, la peur, l’hypocrisie, ont transformé l’espace politique en désert de conviction où des adultes s’auto – soumettent en se résignant à être des esclaves humiliés devant une schizophrénie politique qui revendique la rage, la hargne, la ruse comme mode de gouvernance.

 

Candide Azannai, Président du Parti Restaurer l’Espoir

 

Pour l’ancien ministre de la défense du premier gouvernement de la rupture, Candide Marie Azannai, Il est dans l’intérêt de toute la communauté de s’organiser pour se débarrasser de ceux qui incarnent la hargne, la rage, la ruse car, fait-il savoir, « les enragés sont des malades, les hargneux sont des haineux, des méchants et les rusés sont des déloyaux, des tricheurs, des trompeurs donc des immoraux, des possédés sous la hantise d’esprits du mal, d’esprits pervers et d’esprits criminels » et  on ne gouverne pas un peuple pacifique par la hargne, par la rage, par la ruse. « La ruse est bâtie sur la tromperie, et le recours à de la triche, à des pratiques déloyales et les sociétés humaines bâties sur la civilité ont depuis la nuit des temps, une aversion pour les rusés, les trompeurs, les gouvernants déloyaux », fait-il savoir.

 

Pour Candide Azannai, la démocratie est transformée en démocrature quand petit à petit, on viole les lois, on remplace les lois électorales consensuelles par des lois inspirées de la hargne, de la ruse et de la rage dictatoriales. C’est le cas selon lui, lorsque « le Président de l’Assemblée Nationale par exemple, couvre la violation du Code Électoral en s’illustrant complice flagrant du boycott de l’installation du COS – LEPI » pourtant prévue par le Code Électoral pour le 31 juillet de chaque année au plus tard.

 

Jamais la capacité de légiférer sereinement de notre Pays n’a été autant mise à l’épreuve, autant affaiblie !

Candide AzannaiPrésident du parti Restaurer l’Espoir

A cela s’ajoute selon Candide Azannai, la planification pour la suppression de tous les partis politiques dans une proposition de loi portant charte des partis politiques en ses articles 11 ; 12 ; 13 pour ne citer que ceux-là. A l’en croire, cette proposition de loi qui engendrera l’Agence dénommée « Agence nationale d’enregistrement et de suivi des partis politiques (ANESP) » et placée sous l’autorité du Président de la République n’a autre vocation que celle de permettre au Président de la République de gérer les partis politiques qui seront érigés conformément aux « critères draconiens de la métamorphose dictatoriale de notre Démocratie en démocrature ».

 

Le Ravip, l’autre piège contre la démocratie

 

Selon le président du Parti restaurer l’Espoir, l’analyse de la Loi portant Identification des Personnes Physiques en République du Bénin révèle de nombreux pièges et d’énormes non-dits que seuls les futurs décrets d’application viendront préciser.  Pour lui, la vingtaine de décrets d’application aux articles (4 ; 6 ; 13 ; 17 ; 9 ; 20 ; 29 ; 41 ; 54 ; 59 ; 60 ; 61 ; 62 ; 63 ; 64 ; 69 ; 73 ; 79 ; 91 ; 92 et 93) ne pourront que restreindre les droits des populations et « renforcer les manœuvres électorales frauduleuses en cours de préparation ».

 

C’est pourquoi, explique t-il, la Loi no 99-014 du 12 avril 2000 portant création, organisation et fonctionnement du Conseil National de la Statistique « a été anéantie par la ruse au profit du suspect « RAVIP »! »

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Les révélations de Guy Mitokpè sur les pratiques occultes du régime Talon

 

BENIN – REMANIEMENT MINISTERIEL : que comprendre du décret de nomination de Pascal Irénée Koupaki ?

 

BENIN – À OBASANJO : “Si la cour du mouton est sale, il ne revient pas au porc de lui en donner la leçon”dixit Vlavonou

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *